Spéculation : Les amendes doublent

8 septembre 2008 - 19h27 - Economie - Ecrit par :

Nizar Baraka, ministre des Affaires économiques et générales, vient de présenter les nouvelles mesures de lutte contre la spéculation et la hausse illégale des prix.

Les mesures font suite au récent discours Royal dans lequel le Roi Mohammed VI avait dénoncé le fait de voir le citoyen « livré en pâture à la rapacité des spéculateurs et des réseaux d’intermédiaires » et qu’« un marché libre ne doit aucunement être synonyme d’anarchie, encore moins de pillage ».

Le nouveau projet de loi revoit ainsi à la hausse le montant des amendes, qui est passé de 100.000 Dh à 300.000 Dh. Et cela peut doubler en cas de récidive. Concernant les petits commerçants, les amendes devraient baisser en passant de 1200 Dh à 500 Dh. Les amendes devraient aussi concerner la tricherie sur la qualité et la quantité des produits.

Au moins de juillet, l’Indice du coût de la vie (ICV) a dépassé les 5% par rapport à la même période en 2007, avec une hausse inquiétante des produits alimentaires de l’ordre de 9,1%.

L’aide publique à la consommation des produits de première nécessité devrait se chiffrer à près de 37 milliards de dirhams (5 milliards de dollars) en 2008 contre près de 20 milliards de dirhams en 2007.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Nizar Baraka - Consommation - Caisse de compensation

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

Subventions au gaz et aux produits alimentaires : le coût pour l’Etat marocain en 2022

Les subventions accordées au gaz ont coûté au budget de l’État 22 milliards de dirhams l’année dernière, selon les données fournies par le ministère des Finances.

Le paradoxe de la Caisse de compensation au Maroc : une aide pour les riches

Le ministre délégué auprès de la ministre de l’Économie et des finances, en charge du Budget, Fouzi Lekjaa, a révélé lors d’un débat général sur le Projet de loi de finances 2024 à la Chambre des représentants que la caisse de compensation profitait...

Le Maroc vend ses navires aux enchères

Quelque 18 bateaux appartenant à la société de dragage Drapor qui s’est retrouvée en situation de liquidation judiciaire, sont actuellement mis en vente aux enchères dans les ports marocains, a annoncé Nizar Baraka, le ministre de l’Équipement et de...

Maroc : le prix du gaz s’envole dès lundi

Le prix du gaz butane au Maroc connaîtra une augmentation à partir de ce lundi 20 mai 2024, suite à la décision du gouvernement de décompenser partiellement la subvention accordée à ce produit. Cette mesure vise, dit-on, à rationaliser les dépenses...

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.