Les non-dits de la sexualité au Maroc

20 novembre 2007 - 12h37 - Maroc - Ecrit par : L.A

Dysfonctionnement érectile, éjaculation précoce chez l’homme, vaginisme et anorgasmie chez la femme sont quelques-unes des difficultés sexuelles dont souffre le couple. Les Marocains consultent de plus en plus pour essayer de les aplanir, affirme le Dr Aberrazak Moussaid, président de l’Association marocaine de sexologie, qui organise son XIe congrès à Marrakech, du 23 au 25 novembre, avec pour thème principal les troubles sexuels du couple.

Les spécialistes marocains rencontrent des difficultés dans la prise en charge de ces pathologies, constate ce sexologue, car elles relèvent encore du tabou. Ainsi, la femme, plus particulièrement, souffre en silence, même lorsque la cause du problème est purement médicale et relève de son conjoint. Dans notre consultation, rapporte le Dr Moussaid, nous avons de nombreux cas de vaginisme chez la femme, souvent constaté lorsqu’il y a impossibilité de consommer le mariage. En effet, il arrive que, en raison d’une angoisse très forte liée à la pénétration, la femme refuse carrément toute approche de son conjoint. Dans d’autres cas, la femme accepte le rapport, mais, au moment de la pénétration, une forte contraction des muscles du périnée se produit, rendant la pénétration impossible. La prise en charge de cette pathologie est basée sur une psychothérapie associée à une dilatation vaginale avec des appareillages spécifiques. Parfois, le mari consulte à l’insu de sa femme, et le spécialiste se trouve obligé de donner des conseils thérapeutiques à l’époux et c’est celui-ci qui en fait part ensuite à son épouse. L’efficacité de la prise en charge thérapeutique se trouve alors réduite de moitié.

Sur un autre plan, jusqu’il y a quelques années, l’homme marocain ne considérait pas l’éjaculation précoce comme une pathologie. Pour lui, un rapport sexuel accompli se résumait en général à la pénétration et à l’éjaculation, pour lui, sans la moindre préoccupation pour le plaisir de sa partenaire. Grâce aux médias (articles de presse, émissions de vulgarisation à la TV, films...), la femme marocaine commence aujourd’hui à réclamer le droit au plaisir. Ce qui oblige certains maris souffrant d’éjaculation précoce à consulter. D’autant que le couple aujourd’hui recherche de nouvelles façons de vivre ensemble en fonction de l’évolution de la société, de l’affaiblissement des liens du mariage, des contraintes sociales, professionnelles et familiales.

Les femmes marocaines ont beaucoup évolué ces dernières décennies, c’est aujourd’hui aux hommes de mieux les comprendre s’ils veulent vivre une sexualité épanouie avec elles. La sexologie peut aider à cet accord des désirs mutuels et à dépasser les difficultés de chacun, mais surtout à permettre de comprendre que la sexualité est librement vécue à deux, qu’elle n’est ni une performance ni un besoin physiologique mais une dimension amoureuse, tient à préciser le Dr Philippe Benot, psychiatre, sexologue, président de l’Observatoire international du couple, et qui présidera le congrès.

La vie éco - Dr Anwar Cherkaoui

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Mariage forcé - Femme marocaine - Sexualité

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...