Tanger : deux Espagnols accusés d’abus sexuels sur des mineurs

7 décembre 2021 - 22h40 - Maroc - Ecrit par : P. A

L’ONG marocaine « Touche pas à mon enfant  » a porté plainte lundi devant le tribunal de Tanger contre deux Espagnols, membres du conseil d’administration de l’Association pour l’intégration des mineurs Paideia, pour « abus sexuels sur mineurs » et « maltraitance ».

Les mineurs étaient pris en charge dans le Centre social Assadaka de Tanger créé grâce à une collaboration maroco-espagnole. Les deux Espagnols, qui ont été coordonnateurs de ce centre, auraient usé de leur autorité et des liens tissés avec les mineurs pour leur faire subir des abus sexuels. Plusieurs mineurs marocains de ce centre ont confié aux médias avoir été victimes d’abus sexuels. « Il couchait avec moi comme si j’étais une femme […] Il nous tenait la main, nous embrassait sur la bouche, et continuait à nous harceler même pendant que nous dormions », affirme l’un d’eux.

À lire : Maroc : briser les tabous pour lutter contre la pédophilie et les abus sexuels

Les mis en cause, en tant qu’enseignant et assistant social, ont une grande expérience dans le domaine de l’enfance, de la jeunesse et de la famille, aussi bien en Espagne qu’au Maroc, au Cap Vert et en République dominicaine. « Ils ont fui le Maroc lorsqu’un mineur a menacé de les dénoncer avec une vidéo qu’il avait enregistrée. Ils sont en Espagne depuis 2020 », explique un membre de l’ONG marocaine « Touche pas à mon enfant » qui condamne ces actes. Les mineurs victimes de ces abus sont désormais pris en charge par l’association musulmane Bab Khokha à Fès, fait savoir El Español.

À lire : Tanger : deux jeunes filment l’agression sexuelle d’une fille

Les accusés ne se reconnaissent pas dans les faits. Ils attribuent ces plaintes au directeur du Centre social Assadaka qui a des relations difficiles avec le gouvernement marocain. « En ne voulant pas quitter le poste, il calomnie les enfants », précisent-ils.

Le Centre social Assadaka a été créé entre 2000 et 2002, avec le financement de la mairie de Madrid. Sa gestion est assurée par plusieurs organisations dont l’Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID) et la Communauté de Madrid. Le centre dispose de salles de renforcement pédagogique pouvant accueillir jusqu’à 400 mineurs, et d’un atelier de formation à la peinture.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tanger - Enfant - Pédophilie

Aller plus loin

Espagne : la justice condamne un ancien maire pour abus sexuels sur un Marocain

La Cour supérieure de justice de Madrid a confirmé la condamnation à deux ans de prison de l’ancien adjoint au maire de Palma, Rodrigo de Santos, pour avoir abusé sexuellement...

La Roqia char’iya au Maroc : entre violences physiques et abus sexuels

La guérison des "maux occultes", ou "médecine prophétique", prend des proportions alarmantes au Maroc. Prétextant combattre la sorcellerie et le mauvais œil, ceux qui pratiquent...

Tanger : deux jeunes filment l’agression sexuelle d’une fille

Deux jeunes ayant agressé une jeune fille à Tanger , ont partagé la vidéo de leur forfait sur Facebook, suscitant la colère des internautes qui réclament des autorités leur...

78 Espagnols en détention dans les prisons marocaines

Sur les plus de 800 Espagnols qui séjournent dans des prisons étrangères, environ une centaine sont gardés au Maroc. Sans casier judiciaire pour la plupart, ils purgent des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...