Tanger : un projet immobilier illégal stoppé par la justice

4 avril 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Des habitants et défenseurs de l’environnement de la ville de Tanger ont dénoncé la construction d’une clôture dans la forêt de Rmilat, par ceux qu’ils appellent « les monstres de l’immobilier » qui prévoient d’y mettre en œuvre un projet de villas.

Le mouvement des jeunes verts de la ville de Tanger a annoncé l’arrêt des travaux de ce mur dans la forêt de Rmilat, considérée comme le poumon de la ville. « Le dossier est désormais entre les mains de la justice compétente, après l’activation de la procédure légale par les autorités locales qui ont inspecté le site le mercredi 27 mars 2024, et ont prouvé de manière indubitable la validité de ce que le mouvement avait précédemment soulevé concernant l’illégalité des travaux en cours », a indiqué le mouvement dans un communiqué.

À lire : Tétouan : une partie de la forêt transformée en lotissement illégal ?

Le mouvement appelle à la démolition de cette clôture réalisée en violation des textes en vigueur, et souhaite que la même procédure soit appliquée pour d’éventuels cas qui surviendraient dans les forêts de la ville. L’association a en outre invité ses militants, ainsi que les habitants de la ville, à « se préparer à accompagner directement et sur le terrain la phase de “démolition du mur” », précisant qu’une manifestation sera organisée après l’expiration du délai légal de 10 jours accordé par les autorités locales à l’initiateur du projet.

À lire : Plan de reboisement au Maroc : 600 000 hectares en 10 ans

« L’adoption de procédures préventives préalables reste également une exigence de la part des autorités locales de la ville, car il est inconcevable que les habitants de la ville et ses associations se substituent aux autorités dans la surveillance de la légalité des travaux, le contrôle des permis et de la construction, et le comptage et le recensement des arbres », a insisté le mouvement des jeunes verts qui rappelle avoir transmis aux autorités de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, un plan d’aménagement des villes visant à préserver les forêts contre l’avancée du béton.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tanger - Environnement

Aller plus loin

Maroc : enquête sur les nouveaux feux de forêt dans le Nord

les autorités locales ont annoncé l’ouverture d’une enquête en vue de déterminer les causes réelles des feux de forêts devenus récurrents ces derniers temps dans la région du...

Fraude immobilière à Casablanca : élus et entrepreneurs au cœur du scandale

L’enquête menée sur un notaire assistant arrêté en compagnie du promoteur immobilier Abdelkader Boudrika, frère de Mohamed Bourdrika, président du Conseil d’arrondissement de...

Tétouan secouée par un vaste réseau d’escroquerie immobilière

Une vaste affaire d’escroquerie immobilière impliquant 21 personnes dont un notaire très connu dans la région et d’anciens présidents de la commune de Martil, est entre les...

L’homme à l’origine de la majorité incendies de forêt au Maroc

Ces dernières semaines ont été marquées par des incendies enregistrés dans plusieurs forêts situées dans le Nord du Maroc. Selon des experts, ces feux sont en grande partie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mondial 2030 : les Marocains contraints de se mettre au tri sélectif

Le Maroc va mobiliser près de 6 milliards de dirhams pour la mise en œuvre du projet de tri des déchets dans les six villes devant accueillir les matchs de la coupe du monde 2030 qu’il co-organise avec l’Espagne et le Portugal.

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Maroc : les écologistes s’insurgent contre l’invasion des palmiers américains

Au Maroc, des écologistes appellent à mettre fin à la « plantation anarchique » de palmiers d’origine américaine et à adopter une « politique de reboisement réfléchi dans l’aménagement du territoire ».

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Le groupe marocain OCP vise haut les quatre prochaines années

Après le succès de son premier programme d’investissement – la capacité de production d’engrais a triplé en 10 ans-, le groupe marocain OCP a préparé un nouveau programme d’investissement vert dont la mise en œuvre permettra d’atteindre la neutralité...

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Environnement : l’engagement fort Royal Air Maroc

Royal Air Maroc (RAM) a adhéré au programme d’évaluation environnementale de l’Association Internationale du Transport Aérien (IEnvA), visant à atteindre la durabilité dans tous les domaines des opérations aériennes et au sol.

Maroc : OCP va construire deux usines de dessalement de l’eau de mer

Le groupe marocain OCP va bénéficier d’un prêt de 2,2 milliards de dirhams, soit près de 200 millions d’euros de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour la construction de deux usines de dessalement d’eau de mer.

Maroc : « Marée » de déchets après les iftars sur les plages

Les associations de défense de l’environnement dénoncent le non-respect des règles environnementales par certaines familles qui laissent d’importantes quantités de déchets sur les plages après y avoir rompu le jeûne pendant le mois de Ramadan.