Recherche

Le tourisme marocain contraint de s’adapter à la crise

© Copyright : DR

14 juin 2020 - 19h00 - Economie

Faute de touristes étrangers cette année, le Maroc devra compter sur les locaux et peut-être également les Marocains du monde s’ils sont autorisés à revenir au pays.

La suspension des vols à mi-mars a mis en difficulté l’activité touristique. Conséquence, le nombre de touristes a baissé de 45% et celui de nuitées d’environ 43% durant les quatre premiers mois de l’année.

Face à cette situation, les autorités ont misé sur un plan de communication, valorisant les richesses du pays. Il s’agit d’adapter l’offre à la demande nationale, sachant que la clientèle marocaine représente 35 à 40%. Mieux, l’Office marocain du tourisme (ONMT) invite les citoyens à voyager dans leur pays dès la levée de l’état d’urgence sanitaire.

Cependant, avec le prolongement de la date du déconfinement, tout espoir de reprise reste plombé. «  C’est un coup dur pour le moral des hôteliers qui s’attendaient à accueillir une clientèle marocaine pour mi-juin  », confie à l’AFP un opérateur sous couvert d’anonymat.

Avant la crise, le tourisme représentait environ 10% de l’économie marocaine, en considérant la variété des devises qu’il génère.

L’an dernier, les Marocains ont dépensé près de deux milliards de dirhams en voyages à l’étranger, une somme que les pouvoirs publics espèrent voir dépensés dans le pays. Un certain nombreux d’entre eux n’attend que l’ouverture des frontières pour venir au pays.

Mots clés: Coronavirus au Maroc (Covid-19) , Tourisme , Office national marocain du tourisme (ONMT)

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact