Trafic international de drogue : des Marocains condamnés à Lyon

8 avril 2021 - 20h40 - France - Ecrit par : J.D

Six personnes dont des Marocains appartenant à un réseau de trafic de cannabis entre le Maroc et la France, à bord de bus de transport de voyageurs, ont écopé de peines allant de trois à huit ans de prison ferme au terme de leur comparution devant le tribunal correctionnel de Lyon.

« Cette affaire a mis au jour une structure entière d’importation et de distribution, avec des professionnels du transport qui ont utilisé leurs véhicules pour acheminer les stupéfiants », a résumé dans son réquisitoire la procureure Anne-Sophie Huet devant le tribunal correctionnel de Lyon.

Les prévenus notamment des chauffeurs, des fournisseurs/convoyeurs, un suspect et un organisateur en chef en contact direct avec les fournisseurs surplace, ont été filés et écoutés dans une enquête ouverte depuis 2018 par les éléments de la brigade des stupéfiants de la DIPJ de Lyon suite à la découverte le 23 juin 2018, de 436 kilos de cannabis en blocs d’une vingtaine de colis dans un bus sur l’aire de Lançon-de-Provence. La marchandise était évaluée à près de 900 000 euros dissimulée sous trois trappes dans le couloir central du bus et sous un faux plancher de la soute à bagages.

À l’audience, la Procureure cite Mohamed B., alias «  Moussa  », en détention depuis août 2018, comme l’organisateur des transports en lien direct avec les fournisseurs au Maroc en contact avec les grossistes à Lyon. Il avait été interpelé avec 135 kilos de cannabis dans un véhicule immatriculé au Portugal.

L’homme dément son rôle et se présente comme ouvrier agricole. Une déclaration en contradiction avec les rapports d’écoutes et filatures de la police qui révèlent par contre que l’homme a utilisé son portable personnel pour gérer la progression des chauffeurs et « a continué depuis sa cellule après son extradition », a détaillé Anne-Sophie Huet.

Mieux encore, poursuit la Procureure, « l’acquisition de deux appartements et quatre voitures en Espagne, ainsi qu’un immeuble de quatre appartements au Maroc » démontrent au contraire son haut niveau d’implication.

Selon les retranscriptions d’écoutes lues au cours de deux journées de procès, le suspect s’est vanté au téléphone de pouvoir corrompre un policier et un magistrat au Maroc pour faciliter les transports, tout en se plaignant des « nouveaux scanners » mis en place au port de Tanger pour détecter la drogue dans les véhicules, rapporte BFM Tv.

Au terme du procès qui aura duré deux jours, Moussa, l’organisateur et noyau du réseau, écope de 8 ans de prison ferme, 80 000 euros d’amende avec confiscation de ses biens et une interdiction définitive du territoire français.

Quant aux deux chauffeurs marocains, ils prennent trois ans fermes, assortis de dix ans d’interdiction du territoire français. Et le tribunal a condamné à sept ans de prison un autre suspect considéré comme le grossiste basé à Vaulx-en-Velin, et ordonné son arrestation.

Dans la même affaire, deux fournisseurs/convoyeurs ont été condamnés à trois ans ferme et 8 000 euros d’amende. Cette filière-ci fait transiter les stupéfiants par Toulouse.

Sujets associés : France - Ministère des Marocains résidant à l’étranger

Aller plus loin

L’un des gros trafics de drogue entre le Maroc et l’Espagne au tribunal

Le procès de Francisco et Antonio Tejón, surnommés « les frères châtaignes », considérés par les autorités comme les plus gros trafiquants de résine de cannabis de la région de...

Des Marocains condamnés pour trafic de drogues en Belgique

Douze individus dont des Marocains, membres d’un réseau de trafic de stupéfiants, ont été condamnés par le tribunal de première instance de Liège.

Le Maroc participe au démantèlement d’un réseau international de trafic de drogue

Le Maroc a participé à une grande opération internationale contre le trafic de drogue menée simultanément au Brésil et dans trois pays européens.

Du nouveau dans le procès du chef présumé d’un trafic de drogue en fuite au Maroc

Le procès du « supermarché de la drogue » de Saint-Ouen se poursuit devant le tribunal judiciaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis) en l’absence du chef présumé du trafic parti au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le gouvernement « bannit » les MRE d’Internet

L’un des seuls canaux de communication officiel du gouvernement marocain à destination des Marocains du monde n’est plus en ligne, du moins à l’heure où sont écrites ces lignes.

Plaidoyer pour la nomination d’un ministre chargé des MRE

En raison d’une faiblesse relevée au niveau de la coordination entre les institutions chargées des affaires MRE pour la mise en œuvre des politiques publiques et des dispositifs dédiés aux Marocains du Monde (MDM), le Conseil économique, social et...