Interdite d’activité, Transparency Maroc dénonce un abus de pouvoir

1er février 2021 - 10h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Transparency Maroc dénonce l’interdiction, en l’espace d’une semaine, de deux de ses rencontres. Elle y voit un « abus de pouvoir qui confisque le droit de l’association de se réunir et d’organiser des rencontres ».

Dans un communiqué, l’ONG cite l’interdiction d’une rencontre d’échange consacrée au sujet de la transparence budgétaire dans la gestion des deniers publics, jeudi 21 janvier 2021, après son lancement dans un hôtel à Rabat. La surprise de l’ONG est d’autant plus grande que toutes les mesures nécessaires de prévention et de protection contre le Covid-19 ont été respectées. À cette interdiction, s’ajoute une seconde, d’une deuxième rencontre sur l’indice de perception de la corruption 2020 qui devait se tenir, jeudi 28 janvier 2021 au sein du même établissement hôtelier, en « violation des conventions internationales ratifiées par le Maroc en la matière, de la constitution de 2011 et des lois régissant les libertés publiques dans notre pays », fustige l’association qui a saisi la Wilaya de Rabat pour en savoir sur les motifs de cette mesure.

En passant de la 80ᵉ à la 86ᵉ place avec un score de 40 sur 100, Transparency Maroc indique que le phénomène s’est aggravé au cours de ces quatre dernières années, déplorant « l’absence de la part de l’État de signes et d’une volonté de lutter sérieusement contre la corruption ». À preuve, se désole Transparency Maroc, début 2020, la majorité des députés à la Chambre des représentants ont décidé d’un commun accord d’écarter les peines privatives de liberté en cas d’enrichissement illicite, lors de l’examen de la loi n°16.10 modifiant et complétant les dispositions du Code pénal. Cela, en contradiction avec un engagement pris auprès de l’ONU en 2003 et ratifié en 2007 par le royaume qui, jusqu’ici, ne dispose pas d’une loi sur le conflit d’intérêt, notamment au niveau des marchés publics.

Tout comme, l’Instance nationale de probité et de lutte contre la corruption manque toujours d’une loi qui lui assure « l’indépendance, les moyens et les possibilités de l’investigation ». L’association insiste par ailleurs sur la nécessité d’une réforme des lois relatives à la déclaration du patrimoine ainsi que la « protection effective des témoins et des dénonciateurs de la corruption ».

Avec sa 86ᵉ position mondiale, le Maroc est classé neuvième sur 19 États arabes en 2020. Les meilleurs élèves sont le Danemark et la Nouvelle-Zélande qui occupent les premières places du classement mondial, avec un score de 88/100. La Syrie, avec 14 points, et la Somalie, 12 points, sont les bons derniers, conclut Transparency.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Transparency Maroc

Aller plus loin

Maroc : la loi sur la corruption divise les députés

Le projet de loi déposé par l’Instance nationale de la lutte contre la corruption ne fait pas l’unanimité au sein du Parlement. Les députés ne parviennent pas à accorder leurs...

Maroc : plusieurs millions de dirhams détournés dans la région Khouribga

Le réseau marocain de défense des deniers publics a saisi Mohamed Abdennabaoui, président du Parquet général pour des affaires de marchés fictifs ayant eu cours dans la commune...

Maroc : les fortunes de hauts responsables passées au peigne fin

Des gouverneurs nommés récemment ont démantelé des réseaux de construction anarchique et illégale impliquant des auxiliaires d’autorité. Ceux-ci auraient accumulé de grosses...

Maroc : un député condamné à 4 ans de prison pour malversations

Le président de la commune de Tanant, et député du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a été condamné par la Cour d’appel de Casablanca à quatre ans de prison ferme pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.