Covid-19 : Transparency Maroc dénonce la gestion des marchés de la santé

13 août 2021 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Transparency Maroc critique la gestion des marchés du secteur de la santé publique durant la pandémie de Covid-19. L’ONG renouvelle ses craintes sur une gestion qu’elle juge entourée d’irrégularités et de zones d’ombre.

Au premier plan des dénonciations de Transparency Maroc, il y a le non-respect de la loi n°84-12 du 30 août 2013, l’existence de marchés concertés passés avec des entreprises non enregistrées auprès du département ainsi que les acquisitions de fournitures hautement sensibles non enregistrées et/ou enregistrées au nom d’autres entreprises. L’ONG déplore une sorte de «  favoritisme  » qui s’est emparé de la gestion des marchés.

À lire : Tests PCR : les laboratoires privés dans le viseur des Marocains

Transparency dénonce également la concurrence déloyale et la promotion et l’utilisation de matériels sensibles dont l’efficacité n’a pas été prouvée par un comité technique et sans contrôle préalable. «  Une grande lacune a été constatée dans les licences d’importation des appareils respiratoires et des appareils d’oxygène à haut débit alors que des solutions alternatives moins onéreuses existent  », déplore également l’organisation.

À lire : Interdite d’activité, Transparency Maroc dénonce un abus de pouvoir

Au nombre des marchés visés par les dénonciations de Transparency, il y a celui des tests sérologiques d’un montant de 213,9 millions de DH. «  Alors que ce test est vendu à près de 40 DH l’unité en France, le ministère s’est permis de l’acheter à 99 DH, soit une surfacturation de 59 DH malgré des dates de péremption qui ne dépassent pas les 3 mois  », selon les constats de Transparency.

À lire : Covid-19 au Maroc : plus de vente de tests salivaires dans les pharmacies

Sur un autre plan, l’ONG remet en cause le retrait récemment des pharmacies, des tests salivaires. Elle propose au ministère de fournir encore plus d’efforts pour alléger la pression sur les hôpitaux publics et de soulager les Marocains qui dépensent plus qu’il n’en faut pour se soigner en cas d’infection.

Sujets associés : Transparency Maroc - Ministère de la Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Elections au Maroc : « l’argent a coulé à flot »

Transparency Maroc a dénoncé l’usage illégal d’argent durant tout le processus électoral ayant conduit au scrutin du 8 septembre dernier. L’organisation invite les autorités aux...

Tests PCR : les laboratoires privés dans le viseur des Marocains

Le ministère de la Santé fait des tests de dépistage l’un des facteurs clés dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Mais les prix que proposent les laboratoires...

Ceuta : la précarité est la cause principale de la crise migratoire, selon Transparency

La précarité dans le nord du Maroc serait la cause principale des départs irréguliers et massifs de plusieurs jeunes marocains dont des mineurs vers Ceuta, a indiqué...

Covid-19 au Maroc : plus de vente de tests salivaires dans les pharmacies

Faute d’autorisation de mise sur le marché (AMM), le ministère de la Santé a décidé de retirer de la vente en pharmacie, les tests salivaires du Covid-19 produits par la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Des pastèques contaminées dans les assiettes des Marocains ?

Le groupe du parti socialiste à la Chambre des représentants a adressé une question au ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, au sujet de la présence de pastèques contaminées sur le marché marocain.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.