La France exporte de la viande de mauvaise qualité vers le Maroc

16 novembre 2020 - 08h20 - France - Ecrit par : I.L

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Plusieurs associations de protection des animaux ont dénoncé les mauvais traitements subis par de nombreux animaux nés et vendus vivants en France pour être abattus dans les pays arabes, dont le Maroc. Des images insoutenables de ces animaux lors de leur transport vers le Maghreb ont été diffusées dans un reportage.

Les responsables d’association n’ont pas apprécié le sort réservé à ces animaux, rapporte TSA. Selon Adeline Colonat, membre de l’association Welfarm qui a assisté au convoyage de ces bêtes dans les ports de Sète, il s’agit d’un défilé interminable de camions qui remplissent les cargos de plusieurs étalages avec des animaux, des bovins, des ovins et des moutons dans le port de Carthagène en Espagne en période de chaleur en juillet et août derniers.

Dans les images diffusées par les associations au port de Carthagène, les animaux sont roués de coups avec parfois des décharges électriques. Selon TSA, un de ses animaux qui a échappé et qui a tenté de fuir par la mer a été rattrapé et bastonné avant d’être trainé dans le conteneur.

Pour Welfarm, il s’agit de la viande d’animaux mâles non désirée en France mais exportée vers ces pays du Maghreb, dont le Maroc. « Les animaux naissent en France dans des élevages intensifs ou de petite taille. Ensuite, ils vont passer par des centres de rassemblement où les animaux sont regroupés en fonction de leur taille et poids. Ils sont par la suite transportés par camion jusqu’au port de Sète ou alors de Carthagène ou de Tarragone », relate Adeline Colonat.

Ces cargos peuvent contenir jusqu’à 3000 animaux qui y subissent des traitements dégradants avant d’atteindre la destination finale. La durée du voyage peut varier entre deux ou 15 jours selon le pays de destination. L’activiste déplore également les conditions d’abattage. « On sait que dans ces pays, il n’y a pas d’infrastructure nécessaire pour l’abattage.

Au-delà de l’abattage sans étourdissement, c’est l’agonie de l’animal qui est très longue ». A l’en croire, la mise à mort de ces bêtes est interminable et les éleveurs n’ont pas les moyens d’immobiliser les animaux. « Ils leur courent après, ils les frappent, ils les traînent avec des cordes, ils les suspendent par les pattes. C’est vraiment toute la partie qui précède la mort qui est insupportable pour l’animal », déplore-t-elle. Au dire d’Adeline Colonat, la France ne devrait envoyer seulement des carcasses et de la viande.

Sujets associés : France - Exportations

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Abattage rituel : la Pologne contre l’exportation de viande halal et casher

Une loi sur la protection animale votée vendredi 18 septembre en Pologne, interdit la vente vers l’étranger des viandes du pays sacrifiées selon les rites juifs et musulmans,...

Maroc : malgré une bonne santé, la filière "Viandes rouges", réclame un coup de pouce

La filière des viandes rouges affiche une bonne santé au Maroc, selon l’Association nationale ovine et caprine (Anoc). C’est également le cas pour l’élevage, qui ne semble...

Maroc : recul des importations et exportations à fin novembre

Les importations et exportations (automobile, textile et cuir et l’aéronautique) ont affiché respectivement un recul de 15,9% et 8, 4% à fin novembre 2020 par rapport à la même...

Les bovins du Royaume-Uni et leur viande indésirables au Maroc

La douane marocaine vient d’interdire, pour une période d’un an, l’importation des bovins et leur viande en provenance du Royaume-Uni et de l’Irlande du...

Nous vous recommandons

France

Times of Israel met Latifa Ibn Ziaten à l’honneur

Le journal Times of Israel a consacré un article à l’engagement de la Franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad, premier militaire assassiné à Toulouse par Mohammed Merah le 11 mars 2012.

Les Marocains toujours interdits en Europe

La hausse des cas de contamination au coronavirus au Maroc entraine le maintien du Royaume dans la liste des pays interdits d’accès dans l’Union européenne.

Trappes : vers une nouvelle annulation de l’élection d’Ali Rabeh ?

Othman Nasrou, opposant historique à Ali Rabeh, maire de Trappes, réélu dès le premier d’une élection partielle organisée après l’annulation du scrutin de 2020, a introduit un recours devant le tribunal administratif de...

Lille : le suicide de Fouad, transgenre, garde son mystère

Fouad, une lycéenne transgenre, 17 ans, s’est suicidée mardi, dans son foyer à Lille, suite à une altercation avec une surveillante sur sa tenue vestimentaire début décembre. Vu la tolérance des professeurs dans son lycée, il est difficile de dire avec...

Hassan Iquioussen placé sous surveillance électronique en Belgique

En détention depuis son arrestation le 30 septembre dernier à Mons en Belgique, l’imam d’origine marocaine Hassan Iquioussen a été finalement libéré par la justice puis placé sous surveillance électronique.

Exportations

Forte croissance des exportations marocaines

Malgré les difficultés causées par la pandémie du Covid-19, les exportations marocaines ont fortement augmenté cette année grâce à l’initiative de la banque de projets industriels qui ont contribué à une dynamisation des marchés marocains à...

Baisse des exportations du Maroc à cause du covid-19

La pandémie du coronavirus a eu des répercussions sur les exportations du Maroc qui ont chuté de 18.3% au premier semestre 2020.

Le marché néerlandais interdit aux routiers marocains

Depuis l’expiration, fin septembre, du contingent marocain des autorisations bilatérales avec les Pays-Bas, les professionnels marocains du Transport international routier (TIR) ne sont plus autorisés à desservir le marché...

Présence de pesticides dans des oranges : l’ONSSA réagit

Suite à la découverte le 28 février de résidus de pesticide Chlorpyrifos dans des oranges marocaines importées par les Pays-Bas, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a tenu à apporter quelques...

Échanges commerciaux : le Maroc privilégie la mer

Le mode de transport le plus utilisé dans le royaume est le mode maritime avec 91,4 millions de tonnes (MT), soit 96,3% des échanges généraux effectués avec le reste du monde. C’est ce qui ressort du rapport annuel de l’Office des changes sur le commerce...