Maroc : moins d’affaires liées à la violence contre les femmes

10 juin 2021 - 15h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

Il y a eu moins d’affaires liées à la violence faite aux femmes au Maroc en 2020. Le royaume a enregistré une baisse de 11%, a affirmé la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN).

Les derniers chiffres ont été donnés par le directeur de la Sécurité publique à la DGSN, Zaitouni Alhayel, lors d’une journée de sensibilisation organisée sous le thème « les défis et enjeux de la prise en charge des femmes et des filles victimes de violence ». C’est une initiative de la Direction Générale de la Sûreté Nationale et ONU Femmes. Y ont pris part, notamment des responsables de la DGSN, du ministère public, les représentants des secteurs gouvernementaux concernés et des organisations de la société civile.

Ainsi, les services de la direction ont recensé 50 844 affaires concernant 47 033 victimes, dont 9 % concernent des mineurs. 44 212 affaires ont été traitées, soit un taux de 94 % d’affaires résolues et 15 806 suspects ont été traduits en justice. Un classement des actes de violences indique en première ligne la violence physique (44 %), suivie de la violence économique (26 %), la violence psychologique (20 %), la violence sexuelle (9 %) et la violence commise par des moyens de la technologie moderne (1 %), a détaillé Alhayel, indiquant qu’à comparer à 2019, les services de la direction ont enregistré un total de 57 255 affaires de violences faites aux femmes concernant 58 142 victimes, dont 8 % sont relatives aux mineurs. Le responsable fait observer que 54 965 affaires ont été traitées, soit un taux de 96 % d’affaires résolues, et 19 664 suspects déférés devant la justice.

Pour mieux appréhender l’ampleur du phénomène, le royaume a mis en place depuis 2020, un formulaire standard pour la collecte de données. La démarche consiste à soutenir la mise en place de mécanismes appropriés de prévention et de répression et à garantir les libertés et les droits fondamentaux des femmes ciblées. Aussi, Alhayel s’est-il félicité des acquis du royaume dans l’autonomisation des femmes au niveau juridique, social, économique et politique, confirmant le pays dans la dynamique internationale visant à lutter contre ce fléau.

Et de conclure que la DGSN, consciente des graves problèmes sociaux, psychologiques et éducatifs qu’engendre ce phénomène, s’engage à mettre en œuvre les politiques publiques pour en freiner la pratique dans le pays.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Femme marocaine - Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) - Violences et agressions

Aller plus loin

Bruxelles : une Marocaine poignardée en pleine rue par son ex-mari

Une femme d’origine marocaine a été poignardée, samedi soir, par son ex-mari à Molenbeek-Saint-Jean à Bruxelles. L’homme lui a asséné plusieurs coups de couteau.

Maroc : hausse des chiffres des violences faites aux femmes

Le Maroc a enregistré cette année une hausse des violences contre les femmes, qui ont concerné 61 388 affaires, selon un bilan de la Direction générale de la sûreté nationale.

Belgique : procès du Marocain Mokhtar Ammari qui a poignardé à mort sa femme

Mokhtar Ammari, un Marocain de 57 ans résidant en Belgique, a assassiné 10 février 2019, sa femme Fatima Khayer, âgée de 48 ans, en la poignardant à 23 reprises. Au cours de son...

Maroc : une femme enfermée par son mari dans une étable pendant plus de 10 ans

Un Marocain a été placé en détention provisoire, pour avoir torturé et séquestré son épouse à l’intérieur d’une étable pendant plus de 10 ans. L’homme a été dénoncé par sa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdellatif Hammouchi donne des nouvelles priorités à la police en 2023

Afin de réussir sa mission en 2023, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a défini de nouvelles priorités qui ont été dévoilées, jeudi, lors de la réunion organisée au siège de l’institution.

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé, mardi, à une nouvelle série de nominations au niveau de plusieurs services décentralisés de l’institution.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.