"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

23 mai 2023 - 20h30 - Culture - Ecrit par : S.A

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Naima Bouhamala figure parmi les artistes chevronnés, connus pour leur spontanéité, et célèbres pour leur interprétation de rôles comiques qui ont fait rire les Marocains. Selon ses explications, sa chaîne “YouTube” vise à maintenir les liens de communication avec le public, qui exprime constamment son désir de la voir dans des œuvres nouvelles et différentes. Soulignant le rôle important que jouent les sites de communication dans la communication et l’interaction avec le public, étant donné la rareté des représentations artistiques, elle assure à Sky News Arabia que sa chaîne “YouTube” ne poursuit pas un but financier, mais plutôt fournit un contenu comique significatif correspondant à son statut artistique et à son parcours professionnel au cours des dernières années.

À lire : Un streamer marocain en tête des plus regardés sur YouTube

Comme elle, nombreux sont les artistes marocains qui ont créé leurs chaînes YouTube. L’actrice Hoda Sedky, l’une des artistes les plus populaires sur la plateforme YouTube, a plus d’un million d’abonnés qui la suivent. Elle partage avec eux des recettes de cuisine marocaine et internationale, ainsi que quelques détails de sa vie quotidienne. L’artiste et réalisatrice Sana Akroud, connue pour les rôles « Al-Duwaiba » et “Rommana”, a, elle aussi, créé une chaîne sur “YouTube” pour partager avec ses 197 000 abonnés des sujets sociaux et des récits d’expériences de vie d’une voix calme et dans un style fluide. L’actrice Narjis Hallaq a lancé une chaîne sur la plateforme mondiale avec 442 000 abonnés. Elle partage avec eux des informations sur sa vie entre le Maroc et le Canada et des scènes de sa vie quotidienne.

À lire :YouTube, leader des réseaux sociaux au Maroc

Dans une déclaration au même média, Mostafa Al-Talib, critique d’art et de cinéma, estime que le profit financier est l’une des raisons qui peuvent pousser l’artiste à entrer dans le monde de “YouTube”, surtout à la lumière des performances artistiques limitées et des conditions financières difficiles dans lesquelles vivent certains artistes. Autre raison : les compétences et les qualifications professionnelles dont jouit l’artiste. Selon Al-Talib, les plateformes comme “YouTube” ont commencé à s’imposer aux artistes désireux d’élargir leur public et d’éviter la marginalisation.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Musique - Youtube

Aller plus loin

Samira Said et Saad Lamjarred très critiqués

Le compositeur marocain Nabil El Khalidi a dénié à la chanteuse Samira Said et au chanteur Saad Lamjarred le statut d’artiste de renommée mondiale. Il estime par ailleurs...

Abdelwahab Doukkali au cœur d’une polémique

L’artiste Abdelwahab Doukkali a déclaré qu’il considère comme un « traitre » tout artiste qui envisage de mettre un terme à sa carrière. Des propos qui ont suscité une vive...

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer...

Un streamer marocain en tête des plus regardés sur YouTube

Un streamer marocain arrive en tête du classement des streamers les plus populaires sur YouTube basé sur les heures de visionnage.

Ces articles devraient vous intéresser :

Saâd Lamjarred et Ghita El Alaki se marient le 17 novembre au Maroc

Après Paris, le chanteur marocain Saâd Lamjarred et Ghita El Alaki, vont organiser leur mariage au Maroc le 17 novembre prochain. Une cérémonie à laquelle seront conviés sa famille, des fans et amis marocains.

Flou autour des circonstances du décès de Cheikha Tsunami

La chanteuse Cheikha Tsunami, grande icône du Chaâbi, s’est éteinte mardi 17 octobre à l’Hôpital militaire de Rabat, à l’âge de 45 ans. Les circonstances de son décès restent floues.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Divorce de Tamer Hosny et Bassma Boussil

Basma Boussel, la célèbre styliste et chanteuse marocaine, a annoncé son divorce avec le chanteur égyptien Tamer Hosny. L’annonce a été faite sur le compte Instagram de Boussel, avec un message qui a ému ses fans.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

L’artiste Jaouad Alloul évoque son homosexualité et ses extravagances

Dans une interview, Jaouad Alloul, artiste pluridisciplinaire et entrepreneur créatif autodidacte d’origine marocaine, s’est livré comme jamais sur son nouvel album, sa crise conjugale et son rêve.

Taxe musique et télévision : Les restaurateurs et cafetiers marocains se révoltent

En plein bras de fer avec le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA), les propriétaires de cafés et restaurants au Maroc ont décidé de porter l’affaire devant la justice. Ils réfutent les demandes de redevance émises par le BMDA, affirmant qu’elles ne...

Dounia Batma bientôt célibataire

La chanteuse marocaine très controversée Dounia Batma s’apprête à tourner une page importante de sa vie. Le divorce tant annoncé avec son mari Mohamed Al Turk, ne serait plus qu’une question de jours.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.