Maroc : appel à une réforme du code de la famille

17 octobre 2021 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) plaide pour une relecture profonde du Code de la famille afin de renforcer l’arsenal juridique visant à mieux garantir les droits des femmes.

L’ADFM demande une harmonisation en urgence des lois et des politiques publiques avec la Constitution et les conventions internationales en vue d’une meilleure garantie des droits des femmes. « Le code de la famille nécessite une refonte globale afin de combler les lacunes et corriger les contradictions de certaines dispositions qui ne font qu’aggraver la situation sociale de la femme marocaine et pérenniser les injustices sociales et familiales », indique l’association dans un communiqué publié à l’occasion du 17ᵉ anniversaire de la réforme du code de la famille.

À lire : Les mariages de mineures toujours aussi nombreux au Maroc

L’Association rappelle à propos l’augmentation ces dernières années des mariages des mineures. Selon les données du ministère de la Justice, 35 150 contrats de mariage de mineures ont été conclus en 2015, soit presque le double (18 341) des contrats conclus en 2004. L’ADFM soulève aussi la problématique de la polygamie, un « fléau encouragé jusqu’en 2019 par l’article 16 du Code de la famille, relatif à la régularisation des mariages coutumiers ». Ce texte « a largement contribué à l’augmentation des mariages des mineures et à la polygamie. Il suffisait d’organiser un mariage par la « Fatiha » et d’enclencher le processus de reconnaissance de cette union », a-t-elle déploré.

À lire : Maroc : pour un meilleur partage des biens en cas de divorce

Le partage des biens en cas de divorce constitue une autre faille à corriger. « La non-obligation de joindre au contrat de mariage l’annexe définissant les modalités du partage des biens acquis pendant le mariage, a plongé de nombreuses femmes dans la pauvreté extrême malgré leur contribution dans la constitution du patrimoine familial et le temps accordé à l’entretien et à l’éducation des enfants », relève l’association, soulignant par ailleurs la question de la garde des enfants. « La tutelle légale sur les enfants est une discrimination notoire envers les femmes. Le texte actuel prône l’égalité en droits et en responsabilités entre les hommes et les femmes, mais la tutelle légale est attribuée uniquement au père… », dénonce-t-elle.

À lire : Maroc : un rapport sur les violences faites aux femmes

Pour l’ADFM, l’égalité des sexes dans et devant la loi est une condition essentielle pour atteindre le développement durable. C’est pourquoi elle réclame « une révision globale du Code de la famille […] au regard des avancées constitutionnelles et des engagements du Maroc auprès de la communauté internationale en matière d’effectivité des droits des femmes ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Famille - Femme marocaine

Aller plus loin

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la...

Maroc : pour le CESE, il est temps de réformer le code de la famille

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a affirmé dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme, que le moment est venu de réviser le...

Maroc : des associations en guerre contre le mariages des mineures

Les articles 20, 21 et 22 du Code de la famille, qui légalisent le mariage des mineurs au Maroc doivent être supprimés. C’est la mission que s’est assignée dix associations qui...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le mariage des mineures au Maroc : une exception devenue la règle

Depuis des années, le taux de prévalence des mariages des mineurs évolue en dents de scie au Maroc. En cause, l’article 20 du Code de la famille qui donne plein pouvoir au juge d’autoriser ce type de mariage « par décision motivée précisant l’intérêt...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.