Adil El Atmani demande au Roi Mohammed VI d’être exécuté

23 mars 2013 - 19h56 - Maroc - Ecrit par : J.L

Adil El Atmani, auteur principal de l’attentat du café Argana, sur la place Jamaâ El Fna à Marrakech en 2011, a adressé une lettre au Roi Mohammed VI, dans laquelle il demande à ce que la sentence de mort prononcée à son encontre, soit exécutée.

Le terroriste se rebelle ainsi contre l’injustice dont il dit être victime au sein de la prison Moul El Bergui, à une quarantaine de kilomètres de Safi, où il purge sa peine.

Adil El Atmani explique vouloir être exécuté par balles, afin de mettre fin à la série de violations dont il est victime et aux mensonges tissés autour de sa personne, l’accusant notamment de posséder des téléphones intelligents, au moyen desquels il préparerait des attentats à la bombe depuis sa cellule.

Le prisonnier, transféré à sa demande vers un hôpital de Safi pour y être examiné, avait été condamné en mars 2012 à la peine capitale, sanction qui n’est plus appliquée au Maroc depuis 1992.

Au début de son procès Adil El Atmani avait affirmé ne pas regretter l’attentat qui avait fait 17 morts, puis s’était rétracté quelques mois plus tard, jurant n’avoir jamais mis les pieds à Marrakech et avoir subi des pressions pour avouer l’attentat.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Terrorisme - Mohammed VI - Safi - Peine de mort - Prison - Attentat de Marrakech - Adil El Atmani

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mystère de la lettre de Pedro Sánchez au roi Mohammed VI

Le gouvernement espagnol continue de refuser de divulguer le contenu de la lettre envoyée par Pedro Sánchez au roi Mohamed VI, le 14 mars 2022. Cette lettre est considérée comme le « secret mieux gardé de la politique espagnole », s’étonne un journal...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Maroc : 40 milliards de dollars pour changer le visage du transport

Le Maroc s’apprête à mettre en œuvre la vision stratégique lancée par le roi Mohammed VI, afin de « placer le pays sur la voie d’un développement économique et social durable et global ».

Intempéries au Maroc : des hélicoptères de l’armée pour aider les populations touchées

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, des équipes relevant de la Fondation Mohammed V pour la solidarité et des Forces armées royales (FAR) acheminent des aides d’urgence aux populations touchées par les fortes intempéries et chutes de neige.

Une chaîne marocaine accusée d’offense au roi Mohammed VI

La chaîne de télévision d’information en continu marocaine, Medi 1 TV est sous le feu des critiques des Marocains qui l’accusent d’avoir offensé le roi Mohammed VI.

Mohammed VI, marque déposée

Le roi Mohammed VI tente de mettre définitivement fin aux tentatives d’usurpation de titre et/ou fraude. Son nom devient une marque déposée.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

Maroc : des villageois lancent un appel au roi Mohammed VI

Les habitants d’un village touché par le puissant et dévastateur tremblement de terre, sont en colère contre le gouvernement à cause de l’aide d’urgence qu’ils affirment ne pas avoir encore reçu. Ils appellent le roi Mohammed VI au secours.

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...