Affaire Ben Barka : la justice française se heurte à un mur

8 décembre 2005 - 12h34 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

D’un blanc éclatant, haut de deux à trois mètres, plus par endroits, le mur s’étire à l’intersection de la rue Bani-Aarouss et de l’avenue Imam-Malik. Comment croire que cette grande enceinte, située en bordure de la route des Zaërs, l’avenue résidentielle prisée par les ambassades étrangères à Rabat, soit « inconnue » de la police et des autorités judiciaires marocaines ?

Déraisonnable, l’argument est révélateur. Il montre que, quarante ans après l’assassinat de Mehdi Ben Barka, l’opposant marocain, figure mythique du tiers-mondisme, ce dossier dérange toujours du côté de Rabat. Deux ans après son intronisation, le roi Mohammed VI s’était pourtant engagé à aider l’enquête. « Si on savait exactement ce qui s’est passé à l’époque de la disparition et où se trouve la dépouille, il n’y aurait pas toutes ces spéculations. Je ne sais pas ce qui s’est passé », avait affirmé le souverain en 2001. En ajoutant : « Je suis prêt à contribuer à tout ce qui peut aider la vérité. »

Polémique

Affaire d’Etats, qui ébranla le régime gaulliste et reste emblématique des pires années du règne de Hassan II, l’enquête sur ce meurtre est pourtant sujette à polémique dans le royaume. Mardi, le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaa, s’est indigné dans une interview à Aujourd’hui le Maroc, un journal reflétant occasionnellement les points de vue des services de sécurité, du « comportement » du juge d’instruction français Patrick Ramaël. En charge du dossier, celui-ci s’est rendu la semaine dernière au Maroc dans le cadre d’une commission rogatoire internationale (CRI) pour auditionner une vingtaine de fonctionnaires et militaires, en activité ou à la retraite, et visiter un ancien centre de détention secret, le PF3.

C’est précisément ce « Point Fixe 3 » qui, pendant les années de plomb, se trouvait à la place du fameux mur d’enceinte de la route des Zaërs, érigé en 2001 autour de cette prison désormais abandonnée. C’était le temps où des opposants et des militaires accusés d’avoir organisé ou participé à un putsch contre Hassan II, disparaissaient à Tazmamart, à Derb Moulay Chérif ou au PF3. La dépouille ­ ou au moins la tête ­ de Mehdi Ben Barka pourrait y avoir été enterrée, ainsi que les corps de nombreux « disparus ».

Discrétion

Aujourd’hui, police et justice marocaines n’ont visiblement pas envie que le juge français y mette les pieds. « Impossible à localiser », ont-elles affirmé sans rire. Tout semble d’ailleurs indiquer que Rabat ne voyait pas arriver Patrick Ramaël avec enthousiasme. Une première visite avait été déplacée pour cause de « pèlerinage à La Mecque » de personnes concernées par la CRI. Le 26 novembre, veille de son départ ­ convenu au cours d’une rencontre à Paris avec Jamal Serhane, son homologue marocain ­, le juge apprenait que les autorités judiciaires marocaines tentaient de faire annuler sa mission. Il s’est néanmoins envolé pour Rabat.

« J’ai été surpris d’apprendre qu’il avait caché à la police des frontières sa qualité de magistrat à son arrivée au Maroc, se faisant passer pour un exploitant agricole [...]. Il ne pouvait en outre faire fi de son devoir de réserve », s’est scandalisé Mohamed Bouzoubaa. « Souci de discrétion que ses homologues marocains lui avaient d’ailleurs recommandé », a répondu une source judiciaire française, en précisant que le magistrat possède réellement une exploitation agricole familiale. Connu pour sa discrétion et sa persévérance, Patrick Ramaël refuse catégoriquement, lui, d’entrer dans la polémique.

Obstruction

Dès le 28 novembre, lendemain de son arrivée au Maroc, celui-ci s’est, quoi qu’il en soit, rendu à la cour d’appel de Casablanca, où les difficultés se sont multipliées. « Nous n’avions pas les adresses des personnes figurant sur la liste des témoins à interroger », explique le ministre, reprenant à son compte les explications avancées par la police et le juge Serhane pour faire obstruction aux auditions ou à la visite du PF3. Des explications bien peu crédibles s’agissant notamment... de l’actuel chef de la gendarmerie, le général Benslimane, ou de l’ex-patron des services de sécurité, le général Kadiri. La remise par le magistrat français d’un plan du PF3, ainsi que les adresses de trois des témoins, ne débloquera pas la situation.

Un mois après l’inauguration d’une place Mehdi Ben Barka à Paris, un déplacement d’une semaine n’aura ainsi permis d’entendre ni des responsables marocains ­ dont la fonction à l’époque des faits permet de penser qu’ils peuvent aider l’enquête ­ ni deux personnes ayant participé à l’assassinat : Chtouki, alias Miloud Tounzi, l’organisateur présumé du rapt, qui, ironie, demeure à 200 mètres de l’avenue Ben-Barka à Rabat ; ou l’infirmier El-Hassouni.

« Médiatisation accusatrice », déplore le ministre marocain dans une allusion aux déclarations de l’avocat de la famille Ben Barka dénonçant les obstacles mis par Rabat et qui sont censées reproduire les propos du juge Ramaël. Une « médiatisation » relative, puisqu’elle n’empêche pas Aujourd’hui le Maroc de publier une photo du magistrat français qui n’est pas la sienne ! Alors que Mohamed Bouzoubaa réaffirme « la volonté politique au plus haut niveau de faire la lumière », trois questions demeurent. Lancinantes. Qui a tué Mehdi Ben Barka ? Comment ? Où est son corps ? Nul doute que ce dossier sera évoqué au cours de la visite, aujourd’hui et demain au Maroc, de Pascal Clément, le ministre français de la Justice.

José Garçon - Libération

Sujets associés : Droits et Justice - Mehdi Ben Barka

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.