Affaire Omar Raddad : le profil génétique du meurtrier dévoilé dans un mois

11 mai 2011 - 14h00 - France - Ecrit par : J.L

L’affaire du jardinier marocain Omar Raddad pourrait connaître de nouveaux rebondissements. Un expert sera bientôt désigné par le parquet de Grasse, afin de définir le profil génétique des traces ADN qui étaient entremêlées au sang de Ghislaine Marchal en 1991.

L’information rapportée par l’AFP, qui cite le procureur adjoint du tribunal de Grasse, Jean-Louis Moreau, vise la comparaison des traces ADN retrouvées sur la scène du célèbre crime, dont avait été accusé Omar Raddad, pour essayer de découvrir le véritable auteur de ce meurtre.

Le résultat, délivré dans un délai d’un mois selon Sylvie Noachovitch, l’avocate d’Omar Raddad, serait d’un grand apport pour le dénouement de l’enquête, si l’ADN en question figure sur le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Gracié, mais toujours coupable, Omar Raddad n’a jamais cessé de clamer son innocence. Le jardinier marocain accusé en 1991 du meurtre de l’une de ses clientes Ghislaine Marchal, avait été condamné en 1994 à 18 ans de prison par la Cour d’assises des Alpes-Maritimes.

Le 4 septembre 1998, Omar Raddad avait été libéré après une intervention du Roi Hassan II.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Procès - Omar Raddad

Ces articles devraient vous intéresser :

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.