Les agriculteurs marocains retrouvent le sourire

20 janvier 2021 - 14h10 - Economie - Ecrit par : J.K

Bonne nouvelle pour le secteur céréalier marocain. À fin novembre, plus de quatre millions d’hectares ont été semés, portant l’indicateur de la campagne céréalière au vert. Le secteur irrigué s’approprie 10 % des superficies emblavées.

Grâce aux pluies de la dernière décade du mois de novembre, l’espoir renaît chez les agriculteurs. Ils ont rattrapé le retard pris sur les semences au début de la campagne. Ainsi, 4,10 millions d’hectares ont été semés en céréales, avec près de trois quarts réalisés en un mois, indique l’Economiste dans son édition du jour. Le blé tendre, le plus consommé, occupe 44 % des surfaces, l’orge 34 % et le blé dur, 22 %.

Par ailleurs, le périmètre irrigué pourrait atteindre la moitié ou plus de 75 millions de quintaux retenus comme hypothèse de la loi de Finances 2021, estime-t-on, tout en sachant que la réserve des barrages a connu une augmentation, avec une meilleure prévision de renflouement par le réservoir des neiges.

De plus, avec les dernières pluies, le déficit pluviométrique a été comblé avec un cumul moyen de 180,6 mm, soit une progression de 5 % comparativement à la moyenne des 30 dernières années qui était de 172,2 mm et de 50 % par rapport à la campagne passée qui était de 120,3 mm à la même période. Même chose pour la réserve des barrages à usage agricole, ayant connu un taux de remplissage ayant atteint 99 % au Loukkos, 62 % au Gharb, 36 % au Moulouya, 32 % dans le Souss-Massa, 28 % au Haouz, 21 % au Tadla et à Ouarzazate, 17 % à Tafilalet et 13 % dans les Doukkala.

Dans le même temps, les dernières pluies ont augmenté les ventes des intrants agricoles, surtout les semences et les engrais de fond et ont notamment eu un bon impact sur l’évolution de la campagne agricole, avec l’amélioration du couvert végétal des parcours et celle de l’arboriculture fruitière et l’amélioration du calibrage des fruits. Toutefois, le déficit hydrique remarquable et la répartition spatiotemporelle inappropriée au début de la campagne agricole 2020/2021, a retardé le semis des cultures d’automne et affecté négativement l’état des parcours, a souligné le quotidien.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - Agriculture

Aller plus loin

Agadir : Barrages à sec, le secteur agricole menacé

Le stress hydrique est réel à Agadir, première région exportatrice d’agrumes et de primeurs. Même si l’économie marocaine tient pour une grosse part au développement du secteur...

Maroc : le fisc aux trousses des agriculteurs

Le gouvernement a décidé de traquer les agriculteurs qui ne paient leurs taxes, afin de lutter contre les évasions fiscales dans le secteur agricole.

L’armée algérienne menace les agriculteurs marocains

Les services de sécurité algériens ont donné un ultimatum aux agriculteurs marocains pour évacuer jeudi 18 mars les exploitations de champs de palmiers-dattiers sises dans la...

Pomme de terre : le Maroc passe d’exportateur à importateur

Le Maroc se retrouve en situation d’importateur net de produits agricoles, alors qu’il était un des grands exportateurs. Le Royaume a ainsi ouvert la porte à l’agro-industrie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.