Al Massae à nouveau condamné pour diffamation

8 décembre 2008 - 18h33 - Maroc - Ecrit par : L.A

Rachid Niny, directeur du journal "Al Massae" à été condamné une deuxième fois pour diffamation et injures. Il devra verser une somme de 54.500 euros au bâtonnier de Rabat.

Le bâtonnier avait déposé plainte alors que le journal l’accusait d’avoir falsifié des documents pour l’acquisition d’un terrain de 5000m² à Tetouan.

Il s’agit de la deuxième condamnation du journal pour diffamation. En octobre dernier, Rachid Niny avait été condamné à verser la somme de 6 millions de dirhams à des substituts du Procureur du Roi à Ksar El Kebir pour "diffamation et injures publiques".

Depuis sa parution en septembre 2006, Al Massae est devenu le titre le plus vendu avec plus de 120.000 exemplaires par jour, soit 30% des ventes de toute la presse marocaine.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Presse - Procès - Liberté d’expression - Rachid Nini - Al Massae

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Une journaliste franco-marocaine conteste l’interdiction du hijab sur la carte de presse en France

La journaliste franco-marocaine Manal Fkihi a annoncé son intention de contester la règle interdisant aux femmes voilées de porter le hijab sur la photo de la carte de presse française. Cette décision fait suite au refus de la Commission de délivrance...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Tollé après la caricature du roi Mohammed VI par Charlie Hebdo

Le Conseil National de la Presse (CNP) a fermement condamné ce qu’il qualifie d’«  acte criminel odieux » du journal français Charlie Hebdo, l’accusant de s’attaquer directement au Roi Mohammed VI.