L’Algérie s’invente une armée de trolls sur YouTube pour contrer le Maroc

1er mars 2024 - 17h00 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

L’Algérie utilise les réseaux sociaux, en particulier en arabe, pour diffuser sa vision du monde et notamment pour s’opposer au Maroc. Cette stratégie s’inscrit dans un contexte de restrictions de la liberté de la presse et d’une rivalité historique entre les deux pays.

Des chaînes YouTube pro-gouvernementales diffusent des contenus nationalistes et anti-Marocains. Elles utilisent un ton informel, moqueur et sensationnaliste pour cibler principalement un public jeune et masculin algérien, explique l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (Memri).

Parmi les exemples les plus connus, on trouve :

• ibendawla (955 000 abonnés) : mélange politique et sport, avec un fort contenu anti-marocain.
• Algeria Tech (@AlgeriaTECHDZ) (320 000 abonnés) : nationaliste, pro-russe et anti-israélien.
• MEDIA dz (@mediadzoff) (1,13 million d’abonnés) : nationaliste, glorifie l’armée et le dirigeant, critique fortement le Maroc et d’autres pays.

A lire : Cheb Khaled accusé de trahison, le Maroc et l’Algérie au cœur de la discorde

L’objectif de cette propagande est multiple, mobiliser la population autour d’un sentiment national fort, détourner l’attention des problèmes internes sur les “ennemis” étrangers, notamment le Maroc, ou encore maintenir une certaine effervescence patriotique, voire de l’hystérie, pour contrôler l’opinion.

Pour le Memri, ces chaînes de propagande, bien qu’elles abordent des sujets sérieux, le font de manière sensationnaliste et enfantine, visant un public jeune et désœuvré. Leur objectif principal semble être de galvaniser la population algérienne, en particulier sa jeunesse, autour d’un discours nationaliste et anti-marocain, pour détourner l’attention des problèmes intérieurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Youtube

Aller plus loin

Sahara : l’Algérie cherche à mener la vie dure au Maroc

L’Algérie, protectrice du Polisario, cherche le soutien du Mozambique pour contrer le Maroc sur la question du Sahara à l’ONU. Ces deux pays siègent au Conseil de sécurité de...

Sellou : l’Algérie accusée de s’approprier un classique marocain

Sur la toile, les Marocains et les Algériens se disputent la paternité d’un plat culinaire, le Sellou, une bombe énergétique de par sa richesse en nutriments.

En crise avec le Maroc, l’Algérie cherche d’autres fournisseurs d’armes

Les relations entre le Maroc et l’Algérie demeurent au point mort et font redouter un conflit ouvert. Se préparant à toute éventualité, Alger cherche à se fournir en armes...

Le Maroc dit non aux dattes algériennes

À quelques jours du début du ramadan, les dattes algériennes sont indésirables au Maroc, non pas pour des raisons politiques, mais surtout parce qu’elles ne sont pas conformes...

Ces articles devraient vous intéresser :

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Salma Rachid sous le feu des critiques

Salma Rachid est la cible d’attaques sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes fustigent l’arrogance de la chanteuse de la pop marocaine.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Attaque contre l’artiste marocain Hatim Ammor

L’artiste marocain Hatim Ammor affirme avoir été victime d’une tentative de piratage de sa chaîne officielle YouTube. Dans une publication partagée sur son compte Instagram, l’auteur de la célèbre chanson « Ana El Awal » a expliqué que cette tentative...

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Buzz, fric et clashs : La (mauvaise) recette des artistes marocains

De plus en plus d’artistes marocains se tournent vers les réseaux sociaux, notamment Instagram et TikTok, pour interagir avec leur public et générer des revenus. Cette tendance suscite toutefois des critiques, certains pointant du doigt le recours à...

Saad Lamjarred sanctionné par Youtube ?

Le chanteur marocain Saad Lamjarred explique les raisons qui seraient derrière la baisse inquiétante du nombre de vues de ses chansons sur la plateforme YouTube.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.