En crise avec le Maroc, l’Algérie cherche d’autres fournisseurs d’armes

6 mars 2024 - 16h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Les relations entre le Maroc et l’Algérie demeurent au point mort et font redouter un conflit ouvert. Se préparant à toute éventualité, Alger cherche à se fournir en armes auprès d’autres pays, la Russie, son fournisseur traditionnel, n’étant plus en mesure de satisfaire ses demandes en raison de la poursuite de la guerre entre Moscou et Kiev.

L’Algérie est en quête de nouveaux fournisseurs d’armes. Le chef d’état-major de l’armée algérienne, Saïd Chengriha a entrepris une tournée marathon qui l’a conduit en Arabie saoudite, où il a assisté à la deuxième édition de l’exposition mondiale de la défense à Riyad, avant de s’envoler pour le Qatar, où il a pris part à la 8ᵉ édition de l’exposition et conférence internationale de Doha sur la défense maritime « DIMDEX 2024 », révèlent des médias algériens cités par Assahifa. Selon de nombreux experts, ces déplacements du général de Corps d’armée visent généralement à rechercher la signature de nouveaux accords d’armement pour l’armée algérienne. Les budgets de l’Armée nationale populaire (ANP) ont considérablement augmenté ces deux dernières années en vue de l’acquisition de nouvelles armes après des décennies de dépendance aux armes russes qui se seraient révélées peu efficaces pendant la guerre en Ukraine. Celle-ci constitue un frein pour la Russie qui se trouve dans l’incapacité de respecter ses engagements d’exportation d’armes vers les pays qui en dépendent, dont l’Algérie.

À lire :Quand l’Algérie intensifie sa course aux drones face au Maroc

Bien avant l’invasion de l’Ukraine, l’Algérie avait signé des accords pour obtenir de nouvelles armes de la Russie. Mais la guerre constitue un obstacle pour Moscou. Ces transactions pourraient donc ne pas être effectives si le conflit en cours continue. Ainsi, face aux difficultés de la Russie, l’Algérie a engagé des négociations avec la Chine l’année dernière pour l’acquisition du système de défense missile balistique SY-400, a révélé le site Infodefensa, spécialisé dans les transactions d’armement. En mars 2023, le site Maghreb Intelligence a également révélé qu’Alger négociait avec la Chine pour obtenir des radars spécialisés dans la détection des drones à distance possédés par le Maroc, en plus d’acquérir d’autres nouvelles armes de Pékin.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Algérie - Défense - Armement - Moscou - Ukraine

Aller plus loin

L’Algérie s’invente une armée de trolls sur YouTube pour contrer le Maroc

L’Algérie utilise les réseaux sociaux, en particulier en arabe, pour diffuser sa vision du monde et notamment pour s’opposer au Maroc. Cette stratégie s’inscrit dans un contexte...

Le Général Saïd Chengriha s’en prend à nouveau au Maroc

L’Algérie continue de s’en prendre au Maroc sur la question du Sahara. Le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, Saïd Chengriha, trouve des similitudes entre...

Sahara : l’Algérie cherche à mener la vie dure au Maroc

L’Algérie, protectrice du Polisario, cherche le soutien du Mozambique pour contrer le Maroc sur la question du Sahara à l’ONU. Ces deux pays siègent au Conseil de sécurité de...

L’Algérie maintient son hostilité envers le Maroc

L’Algérie a une fois de plus affiché sa détermination à défendre la cause sahraouie et à soutenir le Polisario qui revendique un référendum d’autodétermination intégrant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Comment le Maroc et Israël renforcent leur coopération militaire

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël travaillent à renforcer leur coopération militaire au grand dam de l’Algérie, qui craint pour sa sécurité.

Le Maroc modernise ses Forces royales air avec des nouveaux hélicoptères

Les Forces royales air devraient bientôt recevoir de nouveaux hélicoptères H135M commandés auprès du constructeur européen Airbus Helicopters.

Armée marocaine : budget record et capacités renforcées

Le budget du ministère marocain de la Défense atteint le niveau record de 124,7 milliards de dirhams (12,2 milliards de dollars). Et, les Forces armées royales (FAR) prévoient de conclure des accords records pour renforcer leurs capacités.

Maroc : le chantier de maintenance des aéronefs militaires s’accélère

Le Maroc s’active pour la mise en place d’un écosystème d’industries dédiées à la maintenance d’avions militaires. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’accélération industrielle.

Le Maroc va réceptionner ses premiers hélicoptères H135

Le Maroc va bientôt doter son armée de l’air de cinq hélicoptères H135 qui remplaceront l’AB206 pour la formation des pilotes dans les missions de transport, de recherche et de sauvetage.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

La normalisation des relations avec le Maroc booste les exportations d’armes israéliennes

Depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, les exportations d’armes israéliennes ne cessent d’augmenter. Une hausse de 30 % a été enregistrée l’année dernière grâce, notamment, au Maroc.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Les avions F-35, un rêve inaccessible pour le Maroc ?

Plusieurs médias marocains et israéliens ont annoncé l’acquisition « imminente » par le Maroc des avions de combat américains F-35. Selon le Forum Far-Maroc, il ne s’agit en réalité que d’une rumeur « infondée ».

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.