L’ambassadeur du Nigeria au Maroc visé par une enquête

16 novembre 2022 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’agence anti-corruption du Nigeria, la Commission indépendante de lutte contre la corruption et autres délits connexes (ICPC) enquête sur l’ambassadeur du pays au Maroc après avoir appris que celui-ci a dépensé 200 000 dollars pour rénover sa résidence officielle située à Souissi, l’un des cinq arrondissements de la commune urbaine de Rabat.

L’ambassadeur du Nigeria au Maroc a-t-il débloqué 200 000 dollars pour la rénovation de sa résidence ? L’agence anti-corruption du Nigeria, la Commission indépendante de lutte contre la corruption et autres délits connexes (ICPC) mène des investigations pour élucider cette affaire. Une source a fait savoir que le diplomate nigérian devait comparaître devant la commission mardi et qu’il avait été accusé de gérer les affaires de l’ambassade sans suivre la procédure régulière, rapporte Sahara Reporters. Le gouvernement avait également reçu des pétitions concernant la mauvaise gestion du compte de la mission et d’autres comportements fâcheux qui ont abaissé l’estime de son bureau, font savoir des sources au ministère nigérian des Affaires étrangères.

À lire : Accusé de corruption, le président d’une commune de Settat dément

Dans une correspondance adressée au ministère des Affaires étrangères, l’ICPC a ordonné au ministère de rappeler l’ambassadeur pour interrogatoire. La Commission dit enquêter sur un cas de violation présumée de la loi de 2000 sur les pratiques de corruption et autres infractions connexes et, conformément à l’article 28 de la loi, le ministère est tenu de rappeler l’ambassadeur Al-Bashir IS. Al-Hussaini (chef de mission, ambassade du Nigeria à Rabat, Maroc) à comparaître devant la division des enquêtes, au siège de la CIPC à Abuja, le mardi 15 novembre 2022 à 10 heures.

Sujets associés : Nigéria - Corruption - Rabat - Enquête

Aller plus loin

Un Nigérian recherché par Interpol arrêté à Casablanca

La police a arrêté dimanche à Casablanca, un Nigérian sous le coup d’un mandat d’arrêt international délivré par les autorités judiciaires espagnoles.

De jeunes agriculteurs nigérians en formation au Maroc

Le Nigeria a envoyé 200 jeunes agriculteurs au Maroc et en Israël pour y suivre une formation de renforcement de capacités sur la production végétale et l’élevage.

Accusé de corruption, le président d’une commune de Settat dément

Le président d’une commune de la province de Settat a réagi aux accusations de corruption concernant un recrutement auprès du gouverneur de la province.

Ces articles devraient vous intéresser :

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.