Amnesty : La section marocaine met en garde contre les dépassements

27 juin 2005 - 21h47 - Maroc - Ecrit par :

La section marocaine d’Amnesty International met en garde contre tout dépassement en matière de droits de l’homme et les dangers du nouvel ordre du jour mondial, sous couvert de la lutte contre le terrorisme, tout en déplorant la montée en flèche du nombre des victimes de la torture et des mauvais traitements dans le monde.

Lors d’une rencontre avec la presse tenue lundi à Rabat à l’occasion de la publication du rapport annuel 2005 d’Amnesty International, les dirigeants de la section Maroc estiment que le nouvel ordre du jour mondial, a fait en 2004, d’innombrables laissés-pour-compte, victimes des crises humanitaires et des conflits oubliés, comme dans le cas du Darfour au Soudan, de la Palestine, de la Tchétchénie, de l’Irak, de Haïti, de la Colombie ou de la République Démocratique du Congo. Le président de la section marocaine d’Amnesty International, Mohamed Sektaoui a fait état des nombreux conflits et foyers de tension qui continuent à faire des centaines de milliers de tués ou blessés, de victimes de la torture physique ou de viols et autres abus sexuels parmi les femmes et les enfants, des millions de sans abri en plus d’un milliard de personnes qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté dans le monde. Pour le cas du Maroc qui figure parmi les 149 pays ayant été inclus dans le rapport 2005 de l’organisation internationale, Sektaoui a relevé avec satisfaction les grands pas franchis par le Royaume particulièrement dans le domaine des droits de la femme avec l’adoption récemment du nouveau code de la famille qui confère à la gente féminine de nombreux droits dont elle était privée, et consacre l’égalité des époux au sein de la famille.

Map - L’Economiste

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Liberté d’expression - Peine de mort - Amnesty international (AI) - Torture - Mohamed Sektaoui

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.