Un ancien ministre marocain en prison pour « adultère »

22 novembre 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

L’ancien ministre Mohamed Ziane poursuivi pour de multiples chefs d’accusation, dont « injure contre un corps constitué » et « adultère » a vu sa condamnation à 3 ans de prison confirmée par la Cour d’appel de Rabat. Il a été incarcéré non loin de Rabat.

Un revers pour l’avocat qui avait dénoncé un « procès politique ». Alors qu’il s’attendait à une remise de peine, la Cour d’appel de Rabat a confirmé le jugement rendu en première instance. Mohamed Ziane a écopé de 3 ans de réclusion criminelle, assortis d’une une amende de 5 000 dirhams, ainsi qu’une amende de 100 000 dirhams.

Ziane était poursuivi pour onze chefs d’accusation, dont ceux d’« outrage à des fonctionnaires publics et à la justice », « injure contre un corps constitué », « diffamation », « adultère » ou encore « harcèlement sexuel ».

A lire : L’ancien ministre Mohamed Ziane condamné à trois ans de prison

Les faits remontent en novembre 2020. L’ancien ministre des Droits de l’homme sous Hassan II avait accusé les services de sécurité d’avoir « truqué » une vidéo pour présenter de façon compromettante une entrevue entre lui et une cliente mariée dans une chambre d’hôtel. L’ancien bâtonnier avait nommément cité Abdelatif Hammouchi comme étant le responsable du « trucage » des images.

Des accusations auxquelles le ministère de l’Intérieur a répondu en déposant en janvier 2021 une plainte pour « diffusion d’accusations et d’allégations fallacieuses, sanctionnées par le Code pénal. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat - Prison - Mohamed Ziane

Aller plus loin

Début du procès de Mohamed Ziane pour adultère

Ce jeudi 9 décembre doit s’ouvrir devant le tribunal de première instance de Rabat, le procès de l’ancien ministre des Droits de l’homme, Mohamed Ziane. L’ancien bâtonnier est...

Maroc : prison ferme pour adultère via WhatsApp

Au Maroc, l’adultère est un délit interdit et sanctionné par une peine d’emprisonnement d’un mois à un an conformément aux articles 490 et 491 du Code pénal. Poursuivie devant...

Sebta : un ancien ministre arrêté pour abus sur des mineurs, dont des Marocains

Le médecin Javier Guerrero, très connu à Sebta pour avoir été ministre de la Santé, a été arrêté mercredi en tant que présumé auteur d’abus sur des mineurs, dont des Marocains....

Marrakech : un couple encerclé par des villageois pour suspicion d’adultère

Une enseignante et son amant ont été arrêtés en flagrant délit d’adultère dans la résidence de fonction de l’enseignante, située au douar El Askar dans la région de Marrakech.

Ces articles devraient vous intéresser :

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...