Un ancien ministre marocain en prison pour « adultère »

22 novembre 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

L’ancien ministre Mohamed Ziane poursuivi pour de multiples chefs d’accusation, dont « injure contre un corps constitué » et « adultère » a vu sa condamnation à 3 ans de prison confirmée par la Cour d’appel de Rabat. Il a été incarcéré non loin de Rabat.

Un revers pour l’avocat qui avait dénoncé un « procès politique ». Alors qu’il s’attendait à une remise de peine, la Cour d’appel de Rabat a confirmé le jugement rendu en première instance. Mohamed Ziane a écopé de 3 ans de réclusion criminelle, assortis d’une une amende de 5 000 dirhams, ainsi qu’une amende de 100 000 dirhams.

Ziane était poursuivi pour onze chefs d’accusation, dont ceux d’« outrage à des fonctionnaires publics et à la justice », « injure contre un corps constitué », « diffamation », « adultère » ou encore « harcèlement sexuel ».

A lire : L’ancien ministre Mohamed Ziane condamné à trois ans de prison

Les faits remontent en novembre 2020. L’ancien ministre des Droits de l’homme sous Hassan II avait accusé les services de sécurité d’avoir « truqué » une vidéo pour présenter de façon compromettante une entrevue entre lui et une cliente mariée dans une chambre d’hôtel. L’ancien bâtonnier avait nommément cité Abdelatif Hammouchi comme étant le responsable du « trucage » des images.

Des accusations auxquelles le ministère de l’Intérieur a répondu en déposant en janvier 2021 une plainte pour « diffusion d’accusations et d’allégations fallacieuses, sanctionnées par le Code pénal. »

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat - Prison - Mohamed Ziane

Aller plus loin

Rabat : Agression violente d’un couple non marié

La police de Rabat a ouvert une enquête suite à l’agression d’un jeune homme par quatre individus à l’entrée de son immeuble dans le quartier de Yacoub El Mansour.

L’ancien ministre Mohamed Ziane condamné à trois ans de prison

Poursuivi pour de multiples chefs d’accusation, l’ancien ministre Mohamed Ziane a été condamné mercredi par le tribunal de première instance de Rabat, à trois ans de prison, et...

Début du procès de Mohamed Ziane pour adultère

Ce jeudi 9 décembre doit s’ouvrir devant le tribunal de première instance de Rabat, le procès de l’ancien ministre des Droits de l’homme, Mohamed Ziane. L’ancien bâtonnier est...

Sebta : un ancien ministre arrêté pour abus sur des mineurs, dont des Marocains

Le médecin Javier Guerrero, très connu à Sebta pour avoir été ministre de la Santé, a été arrêté mercredi en tant que présumé auteur d’abus sur des mineurs, dont des Marocains....

Ces articles devraient vous intéresser :

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.