Attentats de Barcelone : un Marocain injustement détenu, libéré quatre ans plus tard

11 janvier 2022 - 15h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

La justice espagnole vient d’ordonner la restitution à Salh El Karib, le propriétaire d’une téléboutiqueà Ripoll qu’auraient fréquenté les auteurs des attentats de Barcelone, des 15 000 euros et des ordinateurs saisis par la police lors de son arrestation. Le jeune homme a été libéré, sans procès ni condamnation, après avoir passé plus de quatre années en prison.

Salh El Karib avait été arrêté en tant que présumé complice des attentats de Barcelone. Après quatre ans et demi en détention, où il a subi toute l’enquête policière et judiciaire, il n’a jamais été appelé au banc des accusés et n’a pas été condamné, fait savoir El Confidencial. L’Audience nationale a finalement décidé de le libérer et de lui restituer « les 15 000 euros saisis dans le stand Ripoll qu’il tenait » ainsi que les effets récupérés dans l’entreprise et à son domicile où il avait été arrêté en présence de sa femme et de ses enfants.

Les 15 000 euros saisis étaient en coupures de 29 billets de 500 euros et cinq de 100. Quant aux objets saisis, il s’agissait de deux téléphones portables, d’une tablette, des reçus, des cartes prépayées, de deux cartes de crédit, d’un billet de train Lyon-Barcelone, d’un chèque de 50 euros, d’une carte mémoire, etc. Salh El Karib a été tenu au secret pendant la durée maximale de cinq jours prévue par la loi antiterroriste. Il n’avait jamais été arrêté auparavant.

À lire : Un Marocain serait derrière l’attentat de Barcelone

Selon les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme aurait fourni des moyens logistiques aux djihadistes pour qu’ils se rendent au Maroc et en Belgique avant les attentats. Les enquêteurs ont pu démontrer que l’entreprise de Salh El Karib achetait des billets de voyage aux auteurs de ces actes terroristes, en échange d’une commission, mais n’était pas membre du réseau criminel et n’était pas au courant de leurs projets terroristes.

Dans sa décision du 27 décembre, l’Audience nationale a demandé à Salh El Karib de donner un numéro de compte sur lequel le montant saisi sera déposé. Mais de sources proches de l’intéressé, ce dernier n’aurait pas de compte bancaire. Le jeune homme d’origine marocaine se remet difficilement de cette mésaventure. Grâce à l’aide de certains compatriotes qui lui prêté 10 000 euros, il a pu rouvrir son commerce, sans matériel et sans la confiance des compagnies de téléphonie. Il attend que les objets saisis lui soient effectivement restitués pour prendre un nouveau départ.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Barcelone - Droits et Justice

Aller plus loin

Abdellah El Harif, dirigeant d’Annahj Addimocrati, libéré

Quelques heures après son arrestation dans un hôtel à Tanger dimanche 6 mars 2022, Abdellah El Harif, membre du bureau national du parti d’extrême-gauche d’Annahj Addimocrati, a...

Un Marocain serait derrière l’attentat de Barcelone

Son implication n’est pas encore précisée, mais un jeune Marocain portant le nom de Driss Oukabir, serait derrière l’attentat de Barcelone qui a fait, selon un bilan encore...

Attentat de Barcelone : des Marocains parmi les victimes (photo)

Alors que jusqu’à présent, les autorités espagnoles n’avaient pas encore évoqué la présence de victimes marocaines, la Protection civile, elle, annonce la nationalité des blessés.

Attentat de Barcelone : un enfant marocain toujours dans un état critique

L’attentat qui a touché la ville de Barcelone jeudi dernier a fait trois blessés du côté marocain, dont un enfant qui se trouve toujours dans un état critique.

Ces articles devraient vous intéresser :

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.