Six ans après les attentats de Bruxelles, Molenbeek tente de tourner la page

6 décembre 2022 - 08h20 - Belgique - Ecrit par : S.A

Même s’ils tentent coûte que coûte de tourner la page, d’écrire une nouvelle histoire, loin du radicalisme, les Molenbeekois se souviennent comme si c’était hier des attentats de Bruxelles qui ont 32 morts (hors kamikazes) et 340 blessés.

À Molenbeek, l’ancien Café des Béguines tenu par Brahim Abdeslam, le frère de Salah Abdeslam, où les vidéos de Daech étaient visionnées a laissé place en 2018 à la Maison des Béguines. Il s’agit d’un collectif qui rassemble plusieurs – associations dont celle pour laquelle Assetou Elabo, directrice d’Atouts – Jeunes, une AMO (Action en milieu ouvert), un lieu d’accueil, d’écoute, d’information, d’orientation, de soutien et d’accompagnement pour les jeunes de 0 à 22 ans et leur famille, travaille.

À lire : Procès des attentats de Bruxelles : la défense obtient le démontage des box

« Fondamentalement, je crois que peu de choses ont évolué, a déclaré à moustique.be Assetou Elabo. Je dirais tout de même que le communautarisme molenbeekois est moins virulent et que le phénomène de ghettoïsation est moins fort. C’est sans doute, en partie, la conséquence de ce qui s’est passé administrativement après les attentats. Il y a eu une reprise en main et un contrôle accru du secteur associatif. Les personnes, à Molenbeek et dans d’autres communes bruxelloises, ayant des velléités terroristes ou développant d’autres activités illégales le faisaient sous couvert d’ASBL ».

À lire : Belgique : Mohamed Abrini ne veut pas être transféré à Haren

Depuis, le secteur a dans un premier temps subi un nettoyage. « Ensuite, il y a eu un réinvestissement en termes de finances et de moyens dans le secteur pour soutenir des projets tels que celui de la Maison des Béguines. Il fallait renforcer la cohésion sociale. Certes, celle-ci a un peu évolué, en bien, mais les publics et les demandes sont globalement toujours les mêmes », a-t-elle expliqué.

À lire : Attentats de Bruxelles : la défense de Salah Abdeslam assurée par Delphine Paci

Selon Loredana Marchi, directrice du « Foyer », une des plus anciennes ASBL d’intégration sociale du pays, les Molenbeekois « veulent vraiment tourner la page ». « Vouloir cela, ce n’est pas minimiser ce qui s’est passé. Ce qui s’est passé, c’est grave. C’est gravissime. Mais les gens d’ici en ont assez d’être considérés comme des bêtes curieuses », a ajouté celle qui travaille depuis plus de trente ans dans les quartiers les plus difficiles à Molenbeek et dans la zone du Canal. Aujourd’hui, ceux qui avaient 10 ans à l’époque, expriment « une volonté absolue de se distancier » de l’islamisme, de la radicalité », a poursuivi la responsable, assurant qu’ils « ne veulent pas être « mouillés dans cette histoire. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bruxelles - Décès - Molenbeek - Attentat

Aller plus loin

Procès des attentats de Bruxelles : la défense obtient le démontage des box

Après avoir protesté lundi dernier contre la configuration des box, les accusés des attentats de Bruxelles et leurs avocats ont obtenu gain de cause. La présidente de la Cour a...

Belgique : Mohamed Abrini ne veut pas être transféré à Haren

En attendant le démarrage dans quelques mois du procès des attentats de Bruxelles, Mohamed Abrini l’un des neuf accusés de ces attaques, s’insurge contre son transfert à la...

Attentats de Paris : les craintes de l’avocat de Mohamed Abrini

Stanislas Eskenazi, l’avocat du belgo-marocain Mohamed Abrini craint que « les vivants » paient « pour les morts » dans le cadre du procès historique des attentats de Paris.

Procès des attentats de Bruxelles : le portrait d’Ali El Haddad Asufi dressé

Le procès des attentats de Bruxelles continue de livrer ses secrets. À l’audience de jeudi, les juges d’instruction ont dressé le portrait du Belgo-marocain Ali El Haddad Asufi,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de Hamidou Laanigri, un pilier de l’armée marocaine

Hamidou Laanigri, général de corps de division, est décédé ce dimanche 10 septembre à Rabat, à l’âge de 84 ans.

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Suite au violent séisme, peut-on voyager au Maroc ?

Le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre a fait près de 3000 morts, plus de 5600 blessés et causé d’énormes dégâts matériels dans plusieurs régions, principalement rurales. Peut-on se rendre au Maroc après la catastrophe ?

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

Maroc : l’épineux problème des cimetières

Face à une crise grandissante liée à l’espace des cimetières au Maroc, Ahmed Toufiq, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, a abordé, ce lundi, la problématique devant la Chambre des représentants.

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.