Abdel, menacé d’expulsion avec sa famille à Molenbeek

26 mars 2023 - 09h40 - Belgique - Ecrit par : A.P

Abdel Fattouche, père de famille de Molenbeek, est sous la menace d’expulsion de l’appartement qu’il loue à 600 euros, au terme de son préavis le 31 mars. Le Molenbeekois est dans l’urgence de trouver un logement abordable avant cette échéance, alors qu’il est en attente d’un logement social depuis 13 ans.

Abdel risque l’expulsion au bout de son préavis de six mois qui prend fin le 31 mars, mais il ne parvient pas à trouver un logement abordable dans son quartier. « Je ne vais pas sortir de l’appartement. Sauf si la police m’y oblige », prévient l’homme de 53 ans qui cherche un logement pour lui, sa femme et leurs trois enfants (deux filles de 5 et 3 ans et un garçon d’un an et demi). Actuellement, la famille vit dans un appartement d’une seule chambre, « divisée par des rideaux », pour un loyer de 600 euros, rapporte L’Avenir.

À lire : Molenbeek : Khadija Chaou ne sera pas expulsée de son logement

Le propriétaire du local « le veut pour sa fille », une nouvelle qui plonge la famille d’Abdel dans l’incertitude. Le salaire de l’homme à tout faire dans une école s’élève à quelque 1700 euros nets et sa femme d’origine marocaine ne travaille pas. À cela s’ajoutent les 800 euros d’allocations que perçoit la famille. « Mais un 2 chambres, c’est 1 000 euros, et 3 chambres entre 1 200 et 1 500 euros », indique Abdel dont les revenus ne permettent pas de faire face à cette charge locative et de s’autoriser quelques plaisirs avec ses enfants. Comme 150 autres familles à Bruxelles, Abdel manifestera ce dimanche lors de la quatrième édition du Housing Action Day, la grande journée de mobilisation dédiée au logement en Europe.

À lire : Belgique : les enquêtes se multiplient pour expulser les locataires marocains de leurs logements sociaux

Le cas d’Abdel est « vraiment emblématique » de la crise du logement bruxellois, explique Joaquim Da Fonseca, le travailleur social spécialisé dans l’habitat, qui suit 7 à 8 familles en recherche de logement dont celle d’Abdel. « La plupart ont des revenus du travail, 53 % exactement, selon les statistiques de la Maison Bonnevie, ce qui casse les clichés sur les chômeurs de Molenbeek », détaille-t-il. « Mais quand y a pas de logement… Le marché locatif privé est inaccessible. Avec les revenus de Monsieur Fattouche, dans les grandes villes belges, c’est très compliqué », ajoute le travailleur social, précisant que 8 % des personnes suivies finissent par abandonner et 6 % sont expulsés et se retrouvent sans logement.

À lire : Belgique : des familles marocaines expulsées de leurs logements sociaux

Le spécialiste note aussi « une baisse énorme du niveau de vie » dans le cas de ceux qui arrivent à trouver un appartement, avec « des loyers qui passent simple au double ». Abdel est sur la liste d’attente d’un logement social « depuis 13 ans ». Mais « 50 000 familles sont en attente à Bruxelles », informe Joaquim Da Fonseca. « On m’a proposé des maisons d’accueil, mais juste pour les enfants et ma femme. Avec le bébé, elle ne pourrait pas y vivre sans parler français. Ils ont besoin de moi. Je ne veux pas qu’on soit séparés », se plaint Abdel. Dimanche, les concernés vont manifester pour exiger la baisse des loyers, la fin des expulsions, un logement pour les sans-abri, des « logements dignes, salubres, abordables et adaptés aux besoins des familles et des individus », etc.

Sujets associés : Immobilier - Belgique - Bruxelles - Expulsion - Molenbeek

Aller plus loin

Belgique : les enquêtes se multiplient pour expulser les locataires marocains de leurs logements sociaux

La Flandre a décidé de multiplier les enquêtes sur le patrimoine des locataires marocains et d’autres nationalités pour expulser ceux qui possèdent des biens immobiliers de...

Un Marocain très apprécié menacé d’expulsion en France

Alors qu’il se trouve en France depuis plusieurs années, Alae Eddine Ennaimi est menacé d’expulsion. Le jeune homme de 24 ans a été arrêté par la police après un contrôle dans...

Incarcérés à Gibraltar, des Marocains demandent leur expulsion au Maroc

Trois Marocains, détenus depuis dix mois à la prison de Windmill Hill à Gibraltar suite à leur entrée illégale, ont demandé leur expulsion vers le Maroc. Ils ont été arrêtés...

Belgique : des familles marocaines expulsées de leurs logements sociaux

En tout, 25 familles dont des Marocaines seront expulsées de leurs logements sociaux à Lierre en septembre pour avoir enfreint la loi en matière de location. Elles sont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

Des ennuis pour les mosquées qui ont soutenu Hassan Iquioussen ?

Depuis quelques jours, une rumeur selon laquelle la préfecture a convoqué des responsables du Conseil départemental du culte musulman (CDCM) qui ont apporté leur soutien à Hassan Iquioussen, imam de Lourches accusé d’antisémitisme, et dont l’expulsion...

L’immobilier au Maroc augmente encore au 3e trimestre

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) s’est apprécié, en glissement annuel, de 1,3 % au troisième trimestre de 2022. C’est ce que précisent Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la...

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Immobilier : voici la tendance des prix à Tanger

Pour le compte du deuxième trimestre de l’année en cours, Bank Al Maghrib a livré ses tendances sur l’immobilier à Tanger, dans son Indice des prix des actifs immobiliers.

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Immobilier au Maroc : baisse des prix

Au deuxième trimestre de cette année, le secteur immobilier au Maroc montre des signes d’essoufflement, avec une forte baisse des transactions.