Belgique : l’enseignement en arabe passe mal à Molenbeek

30 décembre 2022 - 15h50 - Belgique - Ecrit par : S.A

L’enseignement en arabe à Molenbeek n’est pas du goût du président de Vooruit, Conner Rousseau. Ce dernier dit ne pas se sentir chez lui et appelle par ailleurs à améliorer les conditions dans ces quartiers en investissant dans la langue, les garderies et l’éducation.

Le président de Vooruit, Conner Rousseau persiste : « Je ne me sens pas chez moi à Molenbeek ». Il avait fait cette déclaration dans une interview controversée d’avril dernier. « A Bruxelles, en raison de la pénurie d’enseignants, il y a des gens qui enseignent en arabe parce qu’ils ne parlent pas français. Inacceptable », avait-il ajouté. Sur invitation de son collègue, Jef Van Damme, échevin Vooruit, Conner Rousseau a visité Molenbeek, et a réitéré la même déclaration.

À lire : Sebta : les barrières linguistiques comme frein à l’intégration des mineurs marocains dans les écoles

« Je ne me sens pas chez moi à Molenbeek, mais ce n’était pas une attaque personnelle contre ces gens. Mon message est que nous devons améliorer les conditions dans ces quartiers en investissant dans la langue, les garderies et l’éducation. J’ai visité une école néerlandophone où un enseignant m’a dit qu’ils devraient trouver des volontaires pour jouer les interprètes lors de la réunion des parents », a-t-il déclaré dans une interview accordée à l’hebdomadaire belge néerlandophone, Humo.

À lire : Catalogne : plus d’arabe et moins d’espagnol à l’école

Le président de Vooruit est également revenu sur ses déclarations sur les émeutes qui avaient éclaté après l’élimination de la Belgique par le Maroc (0-2) lors de la 2ᵉ journée de Coupe du Monde 2022 Qatar 2022. Il avait qualifié les émeutiers de « merde » et de « brebis galeuses des quartiers à problèmes qui devraient avoir plus d’opportunités et de perspectives ». « Ces jeunes ont beaucoup d’opportunités. Le problème est que ces gars-là se sentent intouchables. Le pouvoir judiciaire doit agir contre cela », avait rétorqué la ministre flamande de la Justice, Zuhal Demir (N-VA).

À lire : Belgique : et si on utilisait la langue arabe à l’école ?

Rousseau a, à son tour, répliqué à la ministre lors de son interview avec Humo. « Zuhal Demir dit que tout le monde a des opportunités ici et devrait les saisir. Je l’invite à nouveau ici, car apparemment elle n’a pas compris. Même dans ce pays riche, le lieu de naissance fait toujours une grande différence. Si tu as des origines, que tu ne parles pas néerlandais à la maison et que tu ne peux jamais demander de l’aide à tes parents pour un devoir, tu as moins d’opportunités. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Education - Molenbeek

Aller plus loin

Sebta : les barrières linguistiques comme frein à l’intégration des mineurs marocains dans les écoles

La question des mineurs marocains entrés illégalement à Sebta le 19 mai dernier n’est toujours pas réglée. Contrairement à ce qui est véhiculé, le ministère de l’Éducation et de...

Maroc : le parlement condamne l’annulation des cours d’arabe par un tribunal français

Le parlement a interpellé le ministre de l’Éducation au sujet de la décision d’un tribunal français d’annuler des cours d’arabe supplémentaires dans une école française du Maroc.

Belgique : et si on utilisait la langue arabe à l’école ?

La proposition de loi visant l’usage de la langue maternelle à l’école, initiée par la députée Élisabeth Meuleman, membre du parti écologiste flamand, Groen, se heurte à...

La deuxième langue la plus parlée en France est …l’arabe dialectal

L’arabe dialectal se hisse sur la deuxième place du podium des langues les plus parlées en France, juste après le français. C’est ce qui ressort d’un classement.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : voici le calendrier scolaire et des examens

Le calendrier de l’année scolaire 2022-2023 pour l’enseignement primaire, collégial, secondaire et le brevet de technicien supérieur (BTS) a été publié, par le ministère en charge de l’Éducation. En voici le détail.

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.