Recherche

Maroc : délivrance de l’autorisation de déplacement sur fond de corruption

© Copyright : DR

27 septembre 2020 - 16h40 - Société - Par: S.A

Des agents d’autorité exigent des pots-de-vin à bon nombre de citoyens avant toute délivrance de l’autorisation de déplacement en ces temps d’état d’urgence sanitaire. Certaines victimes témoignent.

« Il exige les 500 DH ou rien. Entre-temps, ma femme est malade toute seule à Azrou et je ne peux rien faire », confie à Hespress Z.K, commerçant à la métropole. Il s’était rendu chez un caïd pour la demande d’une autorisation de déplacement. Il se désole que ce caïd qui le connaît se comporte de la sorte.

« J’ai dû arrêter mon travail tout au long de la période du confinement et je n’ai repris que récemment. Maintenant, je ne peux rien faire », déplore-t-il. « J’ai beaucoup d’amis qui ont pu se la procurer rien que pour aller passer leurs vacances en passant un coup de fil ou en versant des pots-de-vin », laisse-t-il entendre.

À Tanger, une architecte de la métropole a connu la même situation. Un agent d’autorité lui lance un « café », ce qui signifie « passer à la caisse ». La jeune architecte feint de ne pas comprendre. L’agent insiste. Il l’agace. « Comment peut-on faire avancer notre pays, si on contribue nous-mêmes à son échec, s’indigne-t-elle. Pour moi, donner un pot-de-vin à un agent d’autorité, c’est lui confirmer mon consentement sur ce type d’acte, qui le poussera à le reproduire encore et encore. »

Elle assure n’avoir jamais glissé de l’argent à quiconque. Mieux, si elle commet une infraction, elle dit l’assumer sans corrompre. « Si j’ai le droit d’avoir un document gratuitement et sans frais de service, je fais en sorte de l’avoir. Mais je donnerai jamais un pot-de-vin, même si mes amis n’arrêtent pas de me répéter que c’est comme ça que ça marche dans notre cher pays ».

Mots clés: Corruption , Etat d’urgence au Maroc

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - Coronavirus Maroc - A Propos - Contact