BD : Fatal passage par la case Maroc

30 avril 2007 - 14h10 - Ecrit par : L.A

Pour sa première bande dessinée « Maroc Fatal », Jean-François Chanson n’y est pas allé de main morte. Il aborde en quatre nouvelles les thèmes dérangeants qui traversent la société marocaine.

Ce français résidant au Maroc, n’hésite pas à parler du hrig, des problèmes de prostitution, d’alcoolisme, des nouveaux rapports hommes-femmes, des tensions arabo-amazighes, et de la corruption policière. « Maroc Fatal », titre-choc, constitue un clin d’œil au maître de la bande dessinée française, Moebius qui, dans un tout autre genre, avait livré son « Major Fatal ».

Acide dans ses propos, Jean-François Chanson entraîne son lecteur dans quatre histoires marocaines qui ont pour point commun la rencontre avec la mort. Toutes les morts évoquées sont différentes mais toutes sont violentes.

Chaque fois, le « fatalisme marocain » comme l’écrit l’auteur, est palpable. Les drames vécus par un petit instituteur, un jeune chômeur diplômé, ou encore un épicier, surgissent, en effet du quotidien, tels des signes du destin.

Les planches sont en noir et blanc, un peu comme les récits.
Jean-François Chanson a pris le parti d’être manichéen. Cette manière de dépeindre des situations stéréotypées donne de la force identificatrice aux personnages et donc de l’intensité subversive au récit.

Parfois, la barrière de la caricature est franchie au détriment de l’efficacité de l’histoire, comme pour ce jeune franco-marocain qui conduit sa voiture illégalement, et raconte en moins d’une page à son cousin marocain qu’il trafique et recèle des objets volés, de la drogue, organise des tournantes et dresse un pitbull dans sa cité en France…
Les nouvelles se déroulent aux quatre coins du Maroc : à Casablanca, dans le Siroua, à Tanger et la dernière à Marrakech.

Celle-ci, « Destins Symétriques », est d’une grande originalité car elle fait se rencontrer les destins similaires d’un occidental et d’un marrakchi. Leur rencontre simultanée avec la mort surviendra d’une manièr éffroyablement banale. En arabe et en français, le récit est organisé en miroir, jouant sur les sens convergents de lecture des deux langues. Pour finir, il faut noter que l’auteur a réussi un tour de force en parvenant à faire paraître au Maroc sa bande dessinée, qui plus est, aussi subversive sur le pays.

En effet, parent pauvre de l’édition marocaine, la bande dessinée est encore trop souvent considérée comme l’apanage de la seule librairie enfantine.« Maroc Fatal » détonne donc d’autant plus dans le paysage éditorial marocain. Subversif, inattendu, parfois décevant, ce premier album n’a pas fini de faire parler de lui.

Libération - Léo Purguette

Tags : Immigration clandestine - Amazigh - Livres - Corruption

Nous vous recommandons

Le roi Mohammed VI donne le top du projet de fabrication du vaccin anti-Covid

La cérémonie de lancement et de signature de conventions relatives au projet de fabrication et de mise en seringue au Maroc du vaccin anti-Covid-19 et d’autres vaccins s’est déroulée ce lundi 5 juillet au palais royal à Fès sous la présidence du roi...

Indignation du Maroc après les propos de l’ambassadeur palestinien au Sénégal

Le Maroc a réagi aux propos tenus par l’ambassadeur de la Palestine au Sénégal, qui a critiqué « de manière tendancieuse » la normalisation de ses relations avec Israël.

Maroc-Algérie : risque de conflit armé en 2022, selon des experts espagnols

La crise entre l’Algérie et le Maroc risque de dégénérer en conflit armé cette année, selon les experts espagnols de l’Institut royal Elcano qui indiquent aussi qu’il n’y aura pas d’avancée dans les relations entre l’Espagne et les...

Changes : de nouvelles règles pour les résidents étrangers au Maroc

Afin de simplifier les opérations de changes, l’office des Changes a annoncé la modification des règles régissant ce secteur pour les étrangers résidant au Maroc.

Triste fin d’un aigle qui a volé au-dessus du Maroc

Un aigle de Bonelli, bagué dans l’Aude en 2019, et équipé d’une balise, a été retrouvé mort près de Perpignan après un incroyable parcours qui l’a amené notamment en Espagne, Portugal, au Maroc et en Mauritanie.

Fouzi Lekjaa se moque de l’équipe de l’Algérie

Saluant les performances de la sélection U-18 du Maroc au tournoi de football des Jeux méditerranéens d’Oran, Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FMRF) ne s’est pas empêché de railler l’équipe de...

Maroc : « crime d’honneur » à Casablanca

Un homme a égorgé lundi 27 septembre sa compagne, une infirmière en service dans une clinique privée, près de l’hôpital 20 août 1953 à Casablanca.

L’ONU enquête sur le décès des camionneurs algériens

La MINURSO a lancé une enquête en vue d’élucider les conditions de décès de trois camionneurs algériens, et fournir un rapport qui sera ensuite soumis au secrétaire général de l’ONU.

« L’Espagne a contribué à faire du Maroc une menace »

L’Espagne a vendu 385,7 millions d’euros de munitions et véhicules militaires au Maroc, entre 1992 et 2020. Une vente « massive » dénoncée par un sénateur du parti Compromis qui reproche à l’Exécutif espagnol d’avoir contribué à faire du Maroc une menace contre...

On connait le nom du probable successeur de Vahid Halilhodzic

Tout serait prêt pour le départ de Vahid Halilhodzic. La Fédération royale marocaine de football (FRMF) aurait même convaincu le prochain sélectionneur qui conduira les Lions de l’Atlas à la prochaine Coupe du monde Qatar...