Caixabank a-t-elle « arnaqué » des saisonnières marocaines ?

17 août 2022 - 12h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

La banque Caixabank n’ouvrira pas une enquête et n’offrira pas d’explications sur la fraude des polices d’assurance perpétrée entre 2013 et 2019 contre les saisonnières marocaines qui participent aux campagnes de fruits rouges à Huelva.

Caixabank estime que les témoignages et documents révélés par La Mar de Onuba ne suffisent pas pour ouvrir une enquête pour savoir si son bureau de Huelva a prélevé à la source, de manière frauduleuse, des sommes comprises entre 70 et 200 euros par an des salaires des saisonnières marocaines domiciliés dans la banque à titre de « primes » d’assurance. Mieux, la banque note l’absence de plaintes ou de réclamations de la part des présumées victimes de ce détournement.

Selon La Mar de Onuba, la fraude consistait à faire souscrire les saisonnières à des assurances « santé », « rapatriement » et autres assurances à leur insu et sans leur consentement préalable. Elle a été perpétrée de manière continue entre 2013 et 2019. Ce prélèvement abusif d’une partie des salaires de ces saisonnières pourrait s’expliquer par le fait qu’à leur arrivée à Huelva, elles sont contraintes de signer un contrat et autres documents sans prendre connaissance du contenu et sans obtenir copie de ceux-ci.

À lire : La situation des saisonnières marocaines à Huelva préoccupe

Le journal a recueilli le témoignage de certaines saisonnières qui affirment que l’entreprise qui les a recrutées leur a fait signer des documents pour l’ouverture de comptes d’épargne à La Caixa et les montants devraient être prélevés à la source de leurs salaires. De son côté, Caixabank soutient que les copies des documents comprenant la police d’assurance souscrite, ont été envoyées à l’adresse des clientes… au Maroc. Faut-il le rappeler, la plupart des saisonnières ne comprennent pas l’espagnol et ne savent ni lire ni écrire.

Les saisonnières soutiennent n’avoir jamais reçu une telle documentation. La banque espagnole admet aussi ne pas avoir retrouvé les accusés de réception qui prouveraient les polices souscrites par ces dernières. Najat Bassit, membre de l’association de défense des droits des saisonnières, a confié s’être entretenue avec un responsable de la banque pour demander l’annulation des polices et le remboursement des primes perçues illégalement. Ce qui, lui a-t-on signifié, ne serait pas possible.

Sujets associés : Espagne - Banques - Femme marocaine

Aller plus loin

L’Espagne souhaite recruter plus de saisonnières marocaines

La sous-délégation du gouvernement à Huelva a annoncé jeudi qu’elle fera appel à 3 000 saisonnières marocaines sur les 11 000 prévues pour la prochaine campagne de fraises et...

Alerte contre une arnaque visant les automobilistes en provenance de Catalogne

La police catalane alerte contre une arnaque visant les véhicules qui empruntent les autoroutes de cette ville, où résident des MRE. De vols particuliers sont enregistrés ces...

Espagne : un rapport s’alarme de la souffrance des saisonnières marocaines

L’Association andalouse des droits de l’homme (APDHA) vient de publier son rapport 2022 sur la situation des droits de l’homme aux frontières. Cette année, le rapport s’est...

50 saisonnières marocaines formées à Huelva

Cinquante saisonnières marocaines ont participé à la première phase du projet Wafira, un programme d’autonomisation de ces femmes qui participent chaque année à la récolte des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Bank Al-Maghrib va aider les banques en difficulté

Suite à l’adoption par le conseil de gouvernement d’un décret, Bank Al-Maghrib (BAM) est autorisée à accorder des liquidités d’urgence aux banques ayant des problèmes de liquidités et de solvabilité. Une mesure saluée par des analystes financiers...

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Les dépôts bancaires des MRE dépassent les 190 MMDH

À fin juin dernier les dépôts bancaires se sont accrus de 3,9 % s’établissant à 1 085,2 milliards de DH, selon les dernières statistiques monétaires publiées par Bank Al-Maghrib.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...