Le calvaire d’une infirmière marocaine enceinte et immigrante au Québec

19 mai 2023 - 17h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Arrivée au Québec avec son mari dans le cadre du projet de « reconnaissance des compétences » annoncé par le gouvernement Legault en 2022 et visant, à terme, à recruter à l’étranger 1000 infirmières et infirmiers, une infirmière marocaine enceinte se trouve confrontée à d’énormes difficultés.

« C’est mon mari qui a décidé de participer au programme. Pour lui, c’était un rêve, pour changer de mode de vie et améliorer ses compétences », raconte à La Presse Sarah*, rencontrée à l’hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe. Deux mois après, c’est le désenchantement. Enceinte de 30 semaines, elle doit payer de sa poche ses soins : prises de sang, échographies, accouchement, car elle n’a pas accès aux assurances privées. « Le logement, l’assurance maladie, mon suivi de grossesse : on ne savait pas d’avance qu’on allait rencontrer tous ces problèmes. Sinon, je ne l’aurais pas accompagné [au Québec] », confie-t-elle.

À lire :Un infirmier marocain parle de son expérience au Québec

Sarah n’est admissible à aucune assurance. « J’ai tenté avec presque toutes les assurances privées, mais personne ne veut prendre en charge une femme enceinte », dit-elle. Elle ne peut plus bénéficier d’une assurance maladie au Maroc qu’elle a quitté. « Quand j’ai quitté mon poste, j’ai perdu le droit à l’assurance maladie », dit-elle. Une situation que fustige Dre Sandrine Dionne, cheffe du service d’obstétrique-gynécologie à l’hôpital Honoré-Mercie : « On déracine des professionnels de leur pays pour qu’ils viennent aider notre système de santé et ils n’ont aucune couverture et se retrouvent sous le seuil de la pauvreté. C’est inhumain. » Les coûts d’un accouchement sans assurance au Québec se situent généralement entre 15 000 $ et 25 000 $, précise-t-elle.

À lire :Conditions de travail déplorables au Maroc : le témoignage d’une infirmière installée au Canada

Le mari de Sarah est l’un des 28 infirmiers et infirmières venus d’Afrique dans le cadre du projet de « reconnaissance des compétences » annoncé par le gouvernement Legault en 2022. Actuellement, il suit, avec d’autres, une formation d’un an au Cégep de Saint-Hyacinthe pour parfaire leurs connaissances avant d’être embauchés au CISSS de la Montérégie-Est. Il ne touche qu’une allocation de 2 000 $ par mois pendant la durée de la formation d’appoint. Sarah, elle, n’a aucun revenu. « Ils n’ont pas droit aux banques alimentaires, puisqu’ils n’ont pas droit à l’aide sociale », ajoute Dre Dionne, qui s’est battue pour leur trouver un logement après des semaines de démarches.

*Prénom modifié

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Québec - Immigration

Aller plus loin

Un infirmier marocain parle de son expérience au Québec

Abdallah Belferza, un infirmier marocain de 27 ans, a quitté son Agadir natal pour se retrouver en Abitibi-Témiscamingue, dans la contrée neigeuse de Val-d’Or au Québec, où il...

Discrimination à l’embauche des Marocains au Québec : les résultats inquiétants d’une étude

Le Québec, réputé pour sa diversité culturelle, semble pourtant confronter ses nouveaux arrivants maghrébins, notamment Marocains, à un défi de taille : l’accès au marché du...

Arrivée au Québec d’une vague d’infirmières marocaines

Des infirmières marocaines et d’autres nationalités sont arrivées au Québec dans le cadre du projet de recrutement du gouvernement qui est désormais entré dans sa phase 4.

Le destin brisé de Marouane, Marocain écrasé dans un tunnel franco-espagnol

Marouane Ettoujguani, un jeune marocain de 21 ans, a perdu la vie, écrasé par un convoi de marchandises, alors qu’il tentait d’immigrer illégalement en France depuis l’Espagne...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Kourtney Kardashian se tourne vers le Maroc pour sa ligne de produits naturels

La star de téléréalité Kourtney Kardashian, 43 ans, et son époux, le batteur du groupe de rock Blink-182, Travis Barker, 46 ans ont lancé une gamme de produits entièrement naturels, végétaliens faits notamment à base d’une ressource provenant des...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.