Carburants : une majorité de Marocains ont perdu confiance dans le gouvernement

15 juillet 2023 - 23h10 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les Marocains ont perdu confiance dans la gestion des prix des hydrocarbures par le gouvernement dont le chef Aziz Akhannouch est le principal actionnaire d’Afriquia, société marocaine de distribution de carburants, filiale du groupe Akwa. Ils expriment également leur mécontentement quant à la situation de la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (SAMIR).

Un récent sondage réalisé par le Centre marocain pour la citoyenneté et relayé par TelQuel a révélé que les Marocains sont mécontents du gouvernement quant à la gestion des prix des hydrocarbures et à la situation de la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (SAMIR). Parmi les personnes interrogées, plus de 95 % ont exprimé leur mécontentement à l’égard du gouvernement en raison de la hausse des prix en général, ainsi que de la flambée des prix des hydrocarbures. Selon le sondage, le lien entre la hausse des prix des hydrocarbures et le statut d’actionnaire majoritaire du chef du gouvernement Aziz Akhannouch dans une entreprise pétrolière de premier plan est l’une des principales sources de méfiance. En conséquence, 66,6 % des Marocains ont perdu confiance dans le gouvernement.

À lire : Maroc : mauvaise surprise à la pompe

Le sondage révèle également que 4,7 % des citoyens ont exprimé leur défiance envers me gouvernement en raison des déclarations contradictoires de la ministre de la Transition énergétique concernant le dossier de la SAMIR et que 71,3 % des Marocains ne font pas confiance au gouvernement en raison de sa mauvaise gestion des hydrocarbures et de la situation préoccupante de la raffinerie.

À lire :Malgré la baisse des cours, les prix de carburants restent au plus haut

Le Front national de sauvegarde de la SAMIR (FNSS) a, dans un communiqué, expliqué que cette crise de confiance met en évidence les perturbations et les confusions causées par les gouvernements successifs et les lobbies qui exercent un contrôle sur le marché des hydrocarbures. « Malgré les tentatives infructueuses d’établir une absence de causalité entre l’arrêt du raffinage pétrolier à la SAMIR et l’augmentation des prix des carburants, la prise de conscience grandissante des Marocains confirme la responsabilité du gouvernement dans les pertes considérables subies par le pays et ses citoyens en raison de sa mauvaise gestion des hydrocarbures et du dossier de la SAMIR », ajoute-t-il.

À lire :Maroc : le prix du carburant en baisse

Par conséquent, « il devient, estime le FNSS, urgent pour le gouvernement de prendre des mesures concrètes afin de restaurer la confiance du peuple marocain et de garantir la stabilité économique du pays ». « Des réformes dans le secteur des hydrocarbures sont nécessaires pour préserver les intérêts nationaux et répondre aux attentes légitimes de la population », poursuit-il. Faisant par ailleurs remarquer que « la situation actuelle constitue un appel à l’action pour le gouvernement, afin qu’il démontre sa capacité à agir dans l’intérêt supérieur du Maroc et de ses citoyens », le front assure que « les décisions prises dans les prochains mois auront un impact significatif sur la confiance du peuple marocain envers les autorités et sur l’avenir du secteur des hydrocarbures dans le pays ».

Sujets associés : Aziz Akhannouch - Sondage - Carburant - Afriquia

Aller plus loin

Maroc : l’énigme de l’envolée des prix des carburants

Au Maroc, la nouvelle envolée des prix des carburants à la pompe est loin de faire l’unanimité. Les spécialistes peinent à s’accorder sur la justification de cette nouvelle...

Maroc : la proposition du PPS pour juguler la flambée du prix des carburants

Face à la flambée du prix des carburants, le groupe parlementaire du Parti pour le progrès et le socialisme (PPS) a fait des « propositions concrètes » au chef du gouvernement,...

Pétrole moins cher, essence plus chère : le paradoxe marocain

Alors que les cours mondiaux du pétrole brut baissent, les prix dans les stations-service marocaines montent et se maintiennent. Une situation qui préoccupe Houssine El Yamani,...

Subvention du carburant : le gouvernement explique son choix

Réclamée avec insistance par les syndicats des transporteurs, en raison de la hausse des prix à la pompe, la subvention du carburant n’a pas été accordée par le gouvernement....

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le secteur de l’hôtellerie.

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Échange de données fiscales sur les MRE : le projet de loi reporté

Le gouvernement d’Akhannouch est appelé à revoir deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ont fait l’objet d’une polémique. L’année 2025 est la date du délai de leur...

Maroc : une aide directe aux veuves

Le Conseil de gouvernement, présidé par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, se réunira jeudi 6 avril pour examiner plusieurs projets de décrets, selon un communiqué du département du Chef du gouvernement publié lundi.

Entre droits des MRE et échange de renseignements fiscaux : le dilemme du gouvernement marocain

Le gouvernement d’Akhannouch revient sur les deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Par la voix de son porte-parole, Mustapha Baïtas, il rassure une fois de plus les MRE.

Aziz Akhannouch a perdu 200 millions de dollars en 7 mois

La crise touche également les milliardaires. Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, l’une des plus grandes fortunes du pays, a perdu quelque 200 millions de dollars en 7 mois.

Le Congrès mondial amazigh en colère contre Aziz Akhannouch

Le Congrès mondial amazigh reproche à Aziz Akhannouch d’exploiter l’identité amazighe comme une façade folklorique pour marquer des points politiques pour son parti et à son gouvernement de cautionner la violation des lois marocaines.