France / Communauté musulmane : une guerre ouverte entre la GMP et le CFCM

9 novembre 2020 - 22h30 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

Une guerre de leadership sape les relations entre le Conseil français du culte musulman (CFCM) et la Grande Mosquée de Paris (GMP). L’initiative du 2 novembre à la Grande Mosquée de Paris, organisée hors du cadre de l’instance représentative du culte musulman, a exacerbé les tensions entre les deux instances appelées pourtant à défendre les intérêts de la communauté musulmane de France.

Le lundi 2 novembre, plusieurs fédérations musulmanes ont signé une déclaration, pour dénoncer fermement les attaques visant la France face à la vague de colère qui traverse des pays musulmans, principalement autour de la position d’Emmanuel Macron sur les caricatures. Cette initiative qui se veut un soutien moral, affirmé auprès de l’État deux jours après la diffusion de l’interview du président français sur Al Jazeera n’a pas associé le Conseil français du culte musulman (CFCM), souligne saphirnews.com.

En réalité, cette initiative qui cache d’après le média, «  les dissensions qui traversent à nouveau le Conseil français du culte musulman (CFCM) ces dernières semaines  », a connu d’autres absents, à savoir, celle du Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF) et la Confédération islamique Milli Gorus (CIMG), ainsi que Musulmans de France (MF). En coulisses, ces trois fédérations ont affirmé ne pas avoir été invitées à se joindre à l’initiative, car trop «  islamistes » pour les uns, trop « turques » pour les autres.

Cependant, plus remarquable encore aura été l’absence de Mohammed Moussaoui, l’actuel dirigeant du CFCM qui préside l’Union des mosquées de France (UMF) et dont l’activisme contre le radicalisme n’est plus à démontrer. Pourtant, le recteur du GMP, Chems-Eddine Hafiz a indiqué avoir « personnellement » contacté Mohammed Moussaoui à rejoindre le collectif, sans retour, déplorant son absence mais, réfutant néanmoins devant la presse l’idée d’une « scission » au sein du CFCM, indiquant que cette démarche n’entre « pas en concurrence » avec celles qui pourraient émaner de l’instance dont il est le vice-président, rapporte la même source.

De l’avis de Mohammed Moussaoui, il s’agit bel et bien d’une « dynamique née » face au CFCM qu’il faut «  enterrer  » comme cadre à partir duquel des actions concourant à la lutte contre la radicalisation et à une meilleure structuration du culte musulman en France peuvent être menées. Moussaoui qui admet avoir été contacté par sms vendredi 30 octobre « en sa qualité de président de l’UMF et non du CFCM » pour l’informer de la démarche, affirme ne pas avoir reçu copie du document. Par ailleurs, Mohammed Moussaoui juge l’initiative de la GMP « incompréhensible » car, d’après lui, elle vient « rompre cette dynamique  » suscitée par deux initiatives récentes préalables, notamment «  deux réunions de travail dédiées à la formation des cadres religieux et la prévention de la radicalisation samedi 31 octobre et dimanche 1ᵉʳ novembre  », ce qui «  n’est pas un service à rendre à l’islam de France », estime-t-il.

Le président du CFCM regrette aussi une initiative « non posée dans le cadre des réunions du CFCM » qui ne vise qu’à « diviser les initiatives » dans la mesure où « nous nourrissons tous les mêmes objectifs ». Autant de faits qui prouvent qu’il s’agit d’une guerre de leadership. En effet, l’émergence du CFCM en 2003 a compromis la position de «  seule interlocutrice de l’État  » dont pouvait se targuer la Grande Mosquée de Paris depuis fort longtemps. Et Chems-Eddine Hafiz qui depuis janvier dernier, a pris la direction de la GMP multiplie les initiatives, étalant un grand activisme pour réaffirmer son leadership sur la scène de l’islamde France et apparaître comme le chef de file musulman le plus crédible dans la lutte contre l’islamisme radical, fait observer la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) - Al Jazeera - Mohammed Moussaoui - Islam - Union des mosquées de France (UMF) - Emmanuel Macron

Aller plus loin

Attaque de Nice : le CFCM appelle à l’annulation des festivités du Mawlid en France

Suite à l’attaque terroriste de Nice, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a invité les musulmans en France à surseoir aux festivités du Mawlid “en signe de...

France : le CFCM réaffirme son engagement à lutter contre tous les séparatismes

Au lendemain du discours de politique générale prononcée par le nouveau Premier ministre français, Jean Castex, et l’annonce pour septembre prochain d’un projet de loi pour la...

Les organisations musulmanes du Rhône en colère

Le Conseil des mosquées du Rhône (CMR) et le Conseil théologique des imams du Rhône (CTIR) ont exprimé leur colère suite au retrait de la Grande Mosquée de Paris (GMP) du projet...

L’appel du CFCM aux mosquées de France

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), présidé par Mohammed Moussaoui, "appelle les mosquées de France à ne pas s’ouvrir aux cérémonies religieuses avant le 3 juin 2020".

Ces articles devraient vous intéresser :

Officiel : l’Aid al fitr en France, mercredi 10 avril

La commission religieuse de la Grande Mosquée de Paris, avec plusieurs fédérations musulmanes nationales, s’est réunie pour la Nuit du Doute, ce lundi 8 avril 2024, 29ᵉ jour du mois béni de Ramadan 2024-1445/H, indique la Grande Mosquée de Paris dans...

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Ramadan et grossesse : jeûner ou pas, la question se pose

Faut-il jeûner pendant le Ramadan quand on est enceinte ? Cette question taraude l’esprit de nombreuses femmes enceintes à l’approche du mois sacré. Témoignages et éclairages pour mieux appréhender cette question à la fois religieuse et médicale.

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...

MRE : Du changement pour l’opération Marhaba 2024

Contrairement aux années antérieures, l’opération Marhaba marquant le retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au Maroc va démarrer deux jours avant la date habituelle. La coïncidence avec l’Aïd al-Adha oblige.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Le ramadan débutera jeudi en France

Le ramadan débutera officiellement le jeudi 23 mars en France, annonce le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.