Compétitivité : Le Maroc gagne 5 places

8 février 2005 - 09h05 - Economie - Ecrit par :

Contrairement à ce que laisse penser la contre-performance de ses exportations, le Maroc a réussi en 2004 à améliorer ses performances en termes de compétitivité. Dans le dernier classement du World Economic Forum (WEF), il gagne en effet 5 places, passant de la 61e à 56e place. Il devance ainsi la Turquie logée au 66e rang et l’Algérie au 71e.

La palme d’or revient pour la première fois à la Finlande qui est suivie des Etats-Unis et de la Suède. Une fois de plus, les pays scandinaves caracolent en tête du classement. Ils occupent les 9 premières places parmi les 102 pays inscrits dans la liste. Ils se caractérisent par un excellent niveau de gestion macroéconomique puisqu’ils affichent tous des excédents budgétaires, des niveaux de corruption très faibles. De plus, leurs entreprises opèrent dans un environnement juridique marqué par le respect des contrats et de l’Etat de droit. Pour couronner le tout, ces pays sont également à la pointe dans le domaine de l’innovation technologique. Nokia et Ericsson en sont les porte-drapeaux.
Les pays européens, quant à eux, ont pu améliorer leur classement en raison d’un changement des critères, qui mettent désormais l’accent sur le gaspillage dans les dépenses publiques.
En Asie, Taïwan et Singapour sont les mieux lotis, en quatrième et septième position respectivement. La Corée du Sud chute de la 18e à la 29e place. Quant à la Chine (46e), elle perd encore deux places, en raison d’une dégradation spectaculaire de la qualité des institutions publiques. En revanche, le Japon regagne encore du terrain et monte à la 9e place.
En Amérique latine, le Chili (22e) est le pays le plus compétitif de la région, même s’il fait l’objet de fortes critiques pour sa gestion budgétaire et la forte baisse de confiance dans les responsables politiques. L’Argentine améliore légèrement sa position (74e) alors que le Brésil (57e) continue de pâtir de la crise financière.
La Jordanie est le pays arabe le mieux placé, en 35e position, mais il est handicapé par ses mauvaises performances technologiques. L’Egypte (62e) est en perte de vitesse comparativement à l’année dernière. Par rapport au critère de l’environnement macroéconomique, le Maroc occupe la 46e place, loin derrière la Tunisie (32e) et l’Algérie (40e). Sur ce registre, la Turquie reste relativement à la traîne à la 84e place.
Au niveau de l’état des institutions publiques, là aussi, la Tunisie est le pays le mieux perçu dans la région Mena. Elle arrive au 32e rang, devançant l’Algérie (40e) et au Maroc (46e).
Enfin, sur la base de l’indice technologique, l’ensemble des pays de la région accuse un net retard. Cependant, la Turquie monte à la 52e position face à la Tunisie (58e), le Maroc (74e) et l’Algérie (98e). Ce qui ne fait que confirmer le net retard des entreprises marocaines en matière d’innovation et de recherche & développement et leur forte dépendance à l’égard de la technologie occidentale.
A préciser que l’indice de croissance de la compétitivité globale du WEF intègre à la fois la qualité de l’environnement macroéconomique, l’état des institutions publiques du pays et l’importance de la technologie dans le développement économique. Ces facteurs constituent les trois piliers de l’indice de croissance global. Ils font d’ailleurs l’objet d’indices spécifiques qui donnent également lieu à un classement mondial et permettent d’affiner l’analyse des performances des pays.

Mouna KABLY - L’Economiste

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Exportations - Classement - Compétitivité

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Le Maroc dans le top 10 des marchés mondiaux de Renault

Le Maroc est désormais le dixième marché mondial de Renault et le premier de toute la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en termes de ventes, avec 44 497 véhicules vendus au cours des neuf premiers mois de l’année 2023.

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.

Le Maroc peut-il résoudre la crise énergétique de l’Europe ?

Le Maroc ambitionne de produire 52 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 pour en exporter une grande partie vers l’Europe par le biais de câbles sous-marins. Va-t-il prioriser l’exportation au détriment de la satisfaction de...

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.