Coronavirus au Maroc : des patients dénoncent des factures abusives

10 novembre 2020 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les cliniques privées spécialisées dans les soins aux patients atteints du Covid-19 surfacturent les soins, foulant ainsi aux pieds la déontologie professionnelle.

Après avoir été d’une grande utilité à l’État au plus fort de la crise sanitaire liée au coronavirus, certaines cliniques privées agréées offrent leurs services à la population. Sauf que les choses ne se déroulent pas dans les règles de l’art. Ces cliniques pratiquent une tarification libre, sans contrôle. Excédés, les patients dénoncent des factures abusives et des mauvais traitements.

Dans des vidéos partagées sur les réseaux sociaux ces derniers jours, des Marocaines et Marocains dénoncent, à visage découvert, les pratiques frauduleuses de certaines cliniques qui surfacturent les prestations, rapporte Maroc Hebdo.

Certains font savoir que des patients sont contraints de payer des factures salées alors qu’ils n’ont pas été mis à l’isolement et n’ont suivi aucun traitement anti-covid comme l’exige le protocole sanitaire.

Les exemples sont légion. Le groupe Akdital applique par exemple une tarification assez spéciale. "Alors que le tarif du séjour en réanimation ne doit pas dépasser 2 500 dirhams/jour, ce groupe exige des patients une avance de 60 000 à 100 000 dirhams avant toute admission, soit en espèces, soit sous forme de chèques de garantie".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : une bonne nouvelle pour les patients du Covid-19

Au Maroc, une tarification unique sera désormais pratiquée pour les patients atteints du Covid-19 afin de mettre fin aux tarifs exorbitants des cliniques privées. Cette décision...

Le Gouvernement recadre les cliniques privées

Dans le cadre du Projet de Loi de finances 2020, de nouvelles mesures ont été prises à l’encontre des cliniques privées, visant à restreindre le champ des prestations offertes...

Maroc : les cliniques privées se joignent à l’effort de guerre

L’Ordre national des médecins du Maroc est passé de la parole à l’acte. Il a annoncé la mise à disposition de cliniques privées pour la prise en charge des patients testés...

Maroc : explosion des prix des services d’équipement et de réanimation médicale à domicile

À Rabat tout comme à Casablanca, les patients atteints du Covid-19 doivent payer une forte somme d’argent pour bénéficier des services privés d’équipements de réanimation médicale.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc pleure la mort de la "fille de la lune" Fatima Ezzahra Ghazaoui

Fatima Ezzahra Ghazaoui, 31 ans, star marocaine des réseaux sociaux, a perdu son combat contre la Xeroderma pigmentosumn, une maladie génétique rare à l’origine d’une hypersensibilité aux rayonnements ultraviolets, qui interdit toute exposition au soleil.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.