Corruption au Maroc : un magistrat sous les verrous

23 octobre 2023 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Soupçonné de faits de corruption et de falsification de documents officiels, un magistrat appartenant à un réseau criminel a été arrêté puis placé en détention préventive, dans une cellule de la prison civile de Bourkaiz, à Fès. L’interrogatoire détaillé de l’ensemble des membres de ce réseau débutera le 26 novembre prochain.

Tout est parti d’un constat fait par un Juif marocain selon lequel une propriété foncière lui appartenant a été spoliée par l’utilisation de documents falsifiés élaborés par un adoul. Celui-ci s’est appuyé sur des témoignages de travailleurs saisonniers et d’un élu de l’Istiqlal dans la commune d’Imouzzer du Kandar, dans le Moyen Atlas, rapporte le quotidien arabophone Assabah. Se basant sur des informations fournies par la DGST faisant état de nombreux actes de spoliation foncière ayant ciblé des terrains appartenant à des particuliers, tout particulièrement à des étrangers ou relevant du domaine public, un magistrat qui officiait au tribunal de Sefrou a été arrêté dans la même ville. 25 autres personnes appartenant à ce réseau ont été également interpellées à Imouzzer du Kandar, Azrou, Beni Mellal, Tinghir, Ouarzazate et Ain Taoujtat. Parmi eux, figurent des élus, des adouls et des fonctionnaires, révèle l’enquête menée par la Brigade nationale de la Police judiciaire (BNPJ).

À lire : Maroc : un magistrat en prison pour corruption

Après leurs auditions séparées devant un juge d’instruction près la Cour d’appel de Fès – le magistrat bénéficie selon la législation d’une procédure d’exception-, le magistrat mis en cause a été placé en détention préventive dans une cellule de la prison civile de Bourkaiz. Il lui est reproché d’avoir touché des pots-de-vin aux montants évalués à plusieurs dizaines de milliers de dirhams, pour falsifier des documents officiels notamment. Des 25 autres mis en cause, 13 d’entre eux ont été mis en prison et ils seront donc poursuivis en état de détention préventive, fait savoir le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia.

À lire :Un magistrat pris la main dans le sac : La ligne anti-corruption frappe encore

Selon d’autres résultats de cette enquête, ce réseau s’investissait également dans l’émigration clandestine en arnaquant des candidats à l’émigration. Ils leur faisaient croire qu’ils allaient leur procurer des visas pour des pays d’Europe, en contrepartie d’importantes sommes d’argent.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fès - Corruption - Prison - Criminalité - Arrestation

Aller plus loin

Maroc : deux gendarmes et un baron de drogue en prison pour corruption

Les éléments d’une brigade spéciale relevant des services centraux de la gendarmerie royale ont procédé à l’arrestation de deux gendarmes relevant de la brigade de Souk El...

Casablanca : des magistrats et avocats impliqués dans une affaire de corruption

La corruption gagne du terrain dans le secteur judiciaire au Maroc. Plusieurs magistrats et avocats officiant dans les tribunaux de Casablanca ont été entendus par la Brigade...

Maroc : un magistrat en prison pour corruption

Accusé de corruption et d’abus de pouvoir entre autres, le substitut du procureur près le tribunal de première instance d’Inzegane a été placé en détention provisoire, sur ordre...

Rabat : un magistrat et son « samsar » condamnés pour corruption

Une dénonciation à travers le numéro vert mis à disposition par la présidence du parquet général a fait tomber un magistrat, précédemment président de la chambre pénale près la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire...

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Nord du Maroc : les gangs de retour sur les routes ?

Sur la toile, des activistes appellent les Marocains à faire preuve de vigilance lorsqu’ils circulent sur certaines routes du nord du Maroc.