France : la Cour de cassation confirme le droit des femmes de porter un foulard au travail

30 avril 2021 - 09h40 - France - Ecrit par : J.D

La Cour de cassation a confirmé le 14 avril dernier le jugement en appel qui avait condamné l’enseigne Camaïeu à payer 10 000 euros d’indemnités à Nadia, une employée licenciée pour avoir porté un foulard au travail. Cet arrêt de confirmation constitue, selon le CCIF, une avancée notable dans la défense des libertés au sein des entreprises privées.

Se réjouissant de ce verdict, le Collectif de lutte contre l’islamophobie en France (CCIF), via un communiqué signé par son liquidateur, Jean-Jacques Megaïdes, a indiqué que la juridiction vient ainsi de remettre les pendules à l’heure en rappelant que des souhaits particuliers de la clientèle ne sauraient prévaloir sur le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion d’un employé.

L’affaire remonte à 2015, lorsque l’enseigne de prêt-à-porter Camaïeu, prétextant vouloir « permettre à de plus en plus de femmes d’être séduisantes en exprimant leur féminité ». Ce choix de Nadia lui sera fatal. Elle est licenciée. « Comme si j’avais la peste, il ne fallait surtout pas que je sois en contact avec la clientèle », témoignait Nadia au CCIF en 2019 en appel où la société Camaïeu a été condamnée à lui verser 10 000 € au titre de dommages et intérêts. La Cour de cassation a rejeté le pourvoi et confirmé le jugement qui considère que le licenciement était nul et que les moyens mis en œuvre par la société Camaïeu étaient disproportionnés et humiliants envers la plaignante, à qui il avait même été demandé de remettre ses clés d’accès. La Cour de cassation confirme donc l’arrêt de la Cour d’appel, condamnant également l’entreprise à payer 30 000 € au titre de l’article 700 du Code de procédure pénale.

Le communiqué fait remarquer que même dissout, le CCIF a réussi à faire reculer les injustices à caractère islamophobe et clarifier le droit là où il est manipulé à des fins discriminatoires. La présente décision pour lui en est un témoignage, signale le liquidateur du creuset.

« Cette décision de la Cour de cassation, comme d’autres décisions qui vont dans ce sens, fera jurisprudence et constitue une avancée dans la défense des libertés dans les entreprises privées », a conclu le communiqué.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Islamophobie - Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF)

Aller plus loin

Port du voile au travail : les regards tournés vers la CJUE

Le port du voile au travail continue de faire débat au sein de l’Union européenne. Saisie à ce propos par des salariées musulmanes allemandes auxquelles leurs employeurs...

La loi « Séparatisme » prive les mères voilées des sorties scolaires

Les mères voilées ne pourront plus accompagner leurs enfants aux sorties scolaires en France. Mardi, les sénateurs ont imposé cette mesure, portant ainsi des amendements...

France : le port de voile désormais interdit dans les compétitions sportives

Dans la soirée du 7 avril 2021, le Sénat français a voté pour l’interdiction des signes religieux visibles lors des compétitions sportives. Parmi ces signes, le voile.

Humiliation et traumatisme pour une femme portant le foulard

Alors qu’elle voulait aider un manifestant blessé par la police lors d’une manifestation Black Lives Matter à Miami, en Floride, le 10 juin 2020, Alaa Massri, une jeune...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.