Sommés de fermer, les propriétaires de hammams portent plainte contre le gouvernement

29 janvier 2021 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Les propriétaires des hammams sont en colère. Alors qu’ils espéraient une suite favorable à leur requête, demandant au gouvernement d’étendre les mesures sociales vers le secteur, ils sont sommés de fermer leurs portes, pour, a-t-on expliqué, lutter contre la propagation du virus.

Le lancement officiel de la campagne de vaccination anti-Covid n’est forcément pas le signe que tout peut redevenir comme avant. Les propriétaires des hammams l’ont appris à leurs dépens. La réouverture à leur niveau n’aura duré que quelques jours. Retour à la case « fermeture » pour les professionnels du secteur qui devront encore affronter une baisse de revenus, voire une faillite pour certains propriétaires. La première fermeture avait déjà mis au chômage l’ensemble de petits métiers qui gravitent autour de cet héritage culturel.

Selon le quotidien Assabah, cette décision qui s’applique à toutes les villes sans exception, se justifie par la volonté de l’État de maîtriser le virus et de préserver la sécurité et la santé des citoyens. C’est aussi l’un des moyens trouvés par les autorités pour maîtriser la propagation de la nouvelle souche mutée du Covid-19, récemment découverte au Royaume-Uni. Le Maroc, selon le ministère de la Santé, avait enregistré le 18 janvier, un premier cas de contamination. Il avait été détecté au Port Tanger-Med chez un Marocain arrivé d’Irlande à bord d’un bateau en provenance de Marseille.

Le quotidien précise qu’avec cette décision de fermeture des hammams, plusieurs propriétaires, surtout à Casablanca s’apprêtent à poursuivre le gouvernement en justice pour les préjudices portés à leur activité par ce dernier, en décidant de prolonger les mesures restrictives dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire dans la métropole.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Santé - Ministère de la Santé - Plainte - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Etat d’urgence au Maroc - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Déconfinement au Maroc : les propriétaires de hammams mécontents

Les hammams sont autorisés à ouvrir dès le 25 juin au Maroc. Les propriétaires des bains publics s’opposent à la décision d’ouvrir à 50 % de leur capacité d’accueil.

Une pétition en ligne pour exiger la réouverture des hammams et spas à Casablanca

Parmi les secteurs très touchés par la crise actuelle au Maroc, et dont les employés sont en très grande difficulté, il y a le secteur des hammams traditionnels, douches...

Les hammams resteront fermés à Mohammedia

La préfecture de Mohammedia a démenti de manière formelle la « réouverture » des hammams. Elle a invité les promoteurs de ces bains maures à « respecter » les décisions des...

Maroc : la crise sanitaire a « tué » les hammams et SPA

Les activités peinent à reprendre dans les hammams et les SPA, après une longue période de fermeture forcée par la crise du coronavirus. Depuis leur réouverture en mars dernier,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Malade, Aïcha Mahmah expulsée par une clinique

Grâce à l’intervention du ministère de la Culture, de la Jeunesse et de la Communication, l’actrice marocaine Aïcha Mahmah a été admise à l’hôpital mardi pour recevoir un traitement et subir une opération.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.