La crise en mer Rouge pourrait profiter au Maroc

20 décembre 2023 - 21h00 - Economie - Ecrit par : S.A

L’économiste français Pierre Cariou, spécialiste du transport maritime et par ailleurs professeur à Kedge Business School, estime que la suspension de la traversée maritime en mer Rouge par les géants du transport maritime mondial en réaction aux attaques des rebelles houthis, pourrait profiter au Maroc.

« Le passage du canal de Panama est devenu lui aussi compliqué. Aujourd’hui, les tensions géopolitiques sont telles qu’elles peuvent amplifier un mouvement que l’on avait déjà commencé à observer, celui du basculement des chaînes d’approvisionnement. Certains industriels européens pourraient ainsi choisir de transférer leur production asiatique vers d’autres pays plus proches, comme la Turquie ou le Maroc », analyse l’économiste Pierre Cariou dans un entretien accordé à l’hebdomadaire français L’Express.

À lire : Piraterie maritime : les marines espagnole et marocaine affûtent leurs techniques

La dangerosité du détroit de Bab al-Mandab a poussé six géants du transport maritime à savoir le Français CMA-CGM, le Danois Maersk, l’Allemand Hapag-Lloyd, l’Italo-Suisse MSCv, le Taïwanais Evergreen et le Coréen HMM à suspendre le passage de leurs navires en mer Rouge jusqu’à nouvel ordre. « Aujourd’hui, c’est la géopolitique qui perturbe le canal de Suez, par lequel transite entre 10 % et 15 % du commerce maritime mondial, note Pierre Cariou. Surtout, 60 % à 80 % des importations européennes empruntent cette voie. C’est par elle que passent le pétrole, le charbon, le minerai de fer, les produits semi-manufacturés et finis ».

À lire : Boom du trafic maritime entre Malaga et Tanger Med

Si cette situation contraint les armateurs à dérouter leurs embarcations vers le cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud, cette solution n’est pas sans conséquence sur leur activité. Le temps de trajet en mer sera rallongé de 10 jours. « Au-delà des questions de sécurité des marins et d’assurance, cet itinéraire alternatif aura des impacts sur la chaîne logistique. Dix jours supplémentaires, pour des marchandises qui partaient de Chine à destination de l’Europe, cela veut dire 45 jours de navigation au lieu de 35. Or, un navire en mer coûte environ 60 000 dollars par jour : il faut donc compter 600 000 dollars de plus », explique le spécialiste du transport maritime.

À lire : Les bateaux russes autorisés à pêcher dans les eaux marocaines

Il poursuit : « À l’échelle d’un gros porte-conteneurs, cette somme n’est pas insurmontable. D’autant qu’en évitant le canal de Suez, ces navires économisent les droits de passage, d’un montant à peu près équivalent. Mais ce détour occasionne des dépenses supplémentaires en carburant, un poste qui représente la moitié du coût de transport ». Cette situation pourrait produire un impact négatif sur le prix final. « Les importateurs vont vouloir sécuriser leurs approvisionnements et les armateurs pourraient être tentés d’en profiter, en augmentant leurs tarifs de 20 % quand leurs coûts ne progressent que de 10 % », explique encore l’économiste français.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Maritime

Aller plus loin

Les bateaux russes autorisés à pêcher dans les eaux marocaines

Les navires russes pourront pêcher dans les eaux proches des îles Canaries grâce à un accord avec le Maroc d’un montant de plus de 7 millions d’euros. La Russie subit le blocus...

Piraterie maritime : les marines espagnole et marocaine affûtent leurs techniques

La frégate « Santa María » de la Marine espagnole a effectué une série d’exercices de lutte contre le terrorisme avec le navire « Sultan Moulay Ismail » de la Marine royale...

Boom du trafic maritime entre Malaga et Tanger Med

Le trafic de marchandises entre le port de Malaga et celui de Tanger Med au Maroc a doublé depuis le lancement mi-mars de cette liaison maritime assurée du lundi au dimanche par...

Crise en Mer Rouge : Le Maroc en position de force grâce à Tanger Med ?

Avec le port de Tanger Med, le Maroc devrait tirer profit de la crise sécuritaire en mer Rouge, qui a réduit de près de moitié le trafic du canal de Suez, portant de graves...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Une espèce dangereuse de poisson s’approche des côtes marocaines

Apparu pour la première fois en Israël il y a plus de trois décennies, le poisson-lion (Rascasse volante), une espèce dangereuse, se rapproche des eaux marocaines.

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Le Maroc vend ses navires aux enchères

Quelque 18 bateaux appartenant à la société de dragage Drapor qui s’est retrouvée en situation de liquidation judiciaire, sont actuellement mis en vente aux enchères dans les ports marocains, a annoncé Nizar Baraka, le ministre de l’Équipement et de...

Un voilier coulé par des orques près de Tanger

Alors qu’il naviguait au large des côtes marocaines, un voilier a été attaqué à plusieurs reprises par une meute d’orques dans le détroit du Gibraltar. Face à la furie des cétacés, le navire a coulé près de l’entrée du port de Tanger-Med.

Pour le roi Mohammed VI, la clé du développement en Afrique passe par la mer

Le roi Mohammed VI a annoncé lundi, dans son discours de la Marche verte, son intention de « construire une flotte marchande nationale forte et compétitive », afin d’améliorer le commerce sur la côte atlantique.

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...