À Dakhla, le tourisme résiste à la crise sanitaire

13 mars 2021 - 14h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Entre patriotisme et envie de découvrir une région qu’ils connaissent peu, bon nombre de touristes marocains se ruent vers Dakhla, où la «  sécurité sanitaire est totalement assurée  ». La zone attire également les étrangers résidents.

Dakhla est la destination privilégiée des Marocains et résidents au Maroc en ces temps de crise sanitaire liée au Covid-19. Toutes sortes de tourisme s’y développent. « Le premier indicateur, ce sont les vols, et ils sont tous surbookés ! Il faut s’y prendre plus d’une semaine à l’avance pour faire ses réservations », constate Leila Ouachi, présidente de l’Association Lagon Dakhla et directrice générale de l’agence de communication OL Consulting, précisant qu’il s’agit principalement du tourisme de loisirs, du tourisme solidaire et social, ou encore corporate, à travers des meetings, des réunions ou des activités de team bulding.

Avec 40 hôtels classés et environ 800 lits, Dakhla accueille bon nombre de touristes. L’envie de découvrir une autre région du royaume se fait sentir. « Marrakech et Agadir, les gens l’ont fait cinquante fois. Ils veulent voir autre chose. Dakhla n’était pas une ville très connue sur le marché national. Les touristes marocains qui ne peuvent désormais plus voyager à l’étranger, notamment aux îles Canaries, se sont retranchés sur des destinations locales qu’ils ne connaissent pas forcément. Ils ont découvert que Dakhla n’était pas qu’une ville balnéaire uniquement réservée au kitesurf ou au surf », explique à Médias24 Dakhla Club hotel, la direction de l’hébergement.

« C’est une région que les Marocains ne connaissent pas beaucoup, contrairement à Marrakech. Les gens viennent avant tout pour découvrir », renchérit Khalil Ajana, directeur régional du groupe Dakhla Attitude. Selon Leila Ouachi, c’est probablement la seule ville touristique du Maroc où les touristes peuvent se sentir libre et loin du Covid-19. « Quand on est là, on oublie le virus ! La sécurité sanitaire est totalement assurée : toute personne qui vient à Dakhla, par voie aérienne aussi bien que par voie terrestre, doit subir un test PCR. Les touristes savent qu’ils sont en sécurité lorsqu’ils viennent ici », affirme-t-elle. « Dakhla est effectivement une zone très protégée sur le plan sanitaire », confirme Khalil Ajana.

Quid du charme de Dakhla ? « La tendance actuelle est à tout ce qui est espaces et nature, notamment pour se protéger. Dakhla, c’est justement des espaces immenses et pas des concentrations de populations. Les hébergements ici sont des bungalows ; pas des hôtels à étages sédentaires comme les hôtels urbains. D’un bungalow à l’autre, la distanciation est assurée. On est donc dans quelque chose d’en même temps ouvert, mais fermé par rapport au Covid. Les gens viennent pour s’aérer, prendre l’air, voir les dunes, l’arrière-pays naturel… et pas pour rester enfermés dans des hôtels avec des restrictions », souligne encore Leila Ouachi, persuadée que Dakhla deviendra la destination privilégiée des touristes européens, espagnols et français, après la réouverture des frontières.

Selon Khalil Ajana, deux autres facteurs expliquent la ruée des touristes vers cette destination. Il s’agit du tourisme « patriotique » et des prestations « plus attractives » pratiquées par les hôtels. « Les gens viennent pour marquer la territorialité marocaine du Sahara. C’est une forme de tourisme empreint d’un certain patriotisme. De leur côté, les hôtels ont été nombreux à réduire leurs tarifs, afin d’adapter l’offre à la conjoncture économique actuelle et au porte-feuille marocain. Le fait qu’ils aient réduit les tarifs a sans conteste encouragé les touristes marocains à venir », estime-t-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Destination - Dakhla

Aller plus loin

Dakhla a doublé le nombre de touristes en 2021

La ville de Dakhla a réussi l’exploit de doubler le nombre de touristes malgré la pandémie qui a eu de nombreuses répercussions sur le secteur du tourisme au Maroc.

Maroc : moins de 60% de MRE en 2020

Après trois bonnes années de gloire, les premiers résultats de l’année 2020 dans le secteur touristique marocain affichent une baisse significative des arrivées de touristes et...

Une visite à la plage Oum Labouir à Dakhla ? (vidéo)

La plage Oum Labouir (près de Dakhla) reçoit une fois de plus la distinction du programme «  Plages propres  » décernée par la Fondation Mohammed VI pour la protection de...

Dakhla aura son grand stade

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a annoncé son intention de construire un stade de football aux «  normes internationales  » à Dakhla. Le budget prévisionnel du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des hôtels pour les sinistrés du séisme

La ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a évoqué l’éventualité d’une réouverture de certains hôtels fermés en vue d’accueillir les sinistrés du séisme qui a frappé le royaume dans la nuit du...

Au Maroc, le tourisme se remet des effets de la pandémie de Covid-19

Lentement mais sûrement, l’industrie touristique se remet progressivement du Covid-19. C’est ce qui ressort de la présentation du budget du ministère du Tourisme devant la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

Tourisme au Maroc : un succès en trompe-l’œil ?

Le tourisme au Maroc se remet progressivement de la crise du Covid-19. Alors que les arrivées ont atteint 14,5 millions en 2023, les recettes touristiques affichent une baisse, suscitant des interrogations.

Tourisme au Maroc : l’ONMT et EasyJet signent un accord historique

En vue d’étendre ses activités au Maroc, EasyJet Group a signé, à Londres, un accord de partenariat avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Cette signature s’inscrit dans le cadre des initiatives menées par l’office afin d’atteindre voire...

Tourisme au Maroc : lancement de la campagne « We dream big »

Profitant de l’intérêt du monde entier pour le Maroc grâce aux exploits réalisés par les Lions de l’Atlas, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) lance une campagne qui a pour but de donner encore plus de visibilité au royaume.

Le tourisme de montagne, un potentiel inexploité au Maroc

Le tourisme de montagne au Maroc est un secteur à fort potentiel qui est inexploité, selon Nadia Fettah Alaoui, la ministre marocaine du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

Les chiffres qui confirment l’embellie du tourisme marocain

À la Chambre des représentants, Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire, a communiqué des chiffres du secteur du tourisme qui confirment l’embellie.

L’aéroport de Tanger fait peau neuve

Le projet de développement et d’expansion de l’aéroport Ibn Batouta, vise à contribuer au développement touristique et économique de la ville de Tanger. La commune apporte une contribution financière.

Le tourisme au Maroc : une nouvelle feuille de route ambitieuse pour 2023-2026

Le Chef du Gouvernement marocain a présidé une cérémonie de signature pour le déploiement d’une feuille de route stratégique pour le tourisme 2023-2026. Celle-ci a pour objectif d’attirer 17,5 millions de touristes, d’atteindre 120 milliards de...

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.