En difficulté, Delattre Levivier Maroc veut retrouver le prestige d’antan

4 mai 2021 - 10h20 - Economie - Ecrit par : J.D

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Tombé en cessation de paiement et au cœur d’un plan de redressement judiciaire depuis 26 avril dernier, l’industriel Delattre Levivier Maroc (DLM) se dit optimiste et confiant quant à sa sortie de crise.

Le Tribunal de Commerce de Casablanca, qui a constaté que DLM est en cessation de paiement et en sauvegarde judiciaire depuis décembre 2019, vient d’annoncer la procédure de son redressement confié au syndic Rachid Sebti. Cette procédure judiciaire va déboucher sur un plan de continuation ou de cessation ou encore de liquidation du groupe.

Face à cette décision de justice, le groupe affiche son optimiste de voir la situation se normaliser avec l’aide du gouvernement.

Un employé dans l’entreprise explique sous anonymat à Hespress que le constructeur espérait depuis des années une solution permettant de faire revivre l’entreprise. « Et l’on n’espérait pas seulement une issue favorable de la part du Tribunal de Commerce mais aussi de celle du gouvernement », précise ce salarié qui capitalise de longues années d’expériences à DLM.

Il confie que les discussions sont en cours avec le ministère de l’Industrie pour essayer de trouver un moyen de recouvrer des sommes astronomiques auprès de grands groupes étatiques mais, reconnait que cette solution n’a pas encore abouti. Mais cela n’empêche pas ce salarié de continuer tout de même d’espérer ardemment que ces discussions aboutissent.

«  Si rien n’est fait en haut lieu, l’entreprise mettra la clé sous le paillasson et ce sera la mort pour nous. Nous souhaitons vivement que la société se remette sur pied et qu’elle regagne ses lettres de noblesse d’antan  », lance-t-il avant de rappeler DLM choyait ses employés avec des augmentations générales atteignant les 3000 dirhams par employé suite à la signature d’un protocole d’accord avec la Direction RH.

Aujourd’hui, ce leader de la construction métallique et de montage, est confronté, faute de commandes, à des grandes difficultés de trésorerie, à de certains problèmes avec des clients étrangers et de la compromission de gros contrats.

Sujets associés : Industrie - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : la faillite des entreprises pourrait atteindre 30% en 2021

Sur trois mois, 2694 notifications de faillites d’entreprises ont été signalées au Maroc, soit une augmentation de 15 %. Mais ce que craignent le plus les chefs d’entreprises,...

Maroc : 80 000 entreprises sauvées de la faillite

Elles sont au total 80 000 petites et moyennes entreprises, sauvées de la faillite grâce aux programmes de garantie de prêts du Maroc. L’annonce a été faite par le ministre de...

Maroc : un quart des cafés ont fait faillite

Incapables de résister à la crise sanitaire liée au coronavirus, près de 25 % des cafés et restaurants ont dû fermer définitivement. L’Association nationale des cafés et restaurants...

Maroc : plus d’entreprises en faillite 2021

En 2021, les déclarations de faillite au Maroc ont grimpé comparativement à l’année 2020 où ces déclarations avaient connu une chute de 21 %. Cette année, 2694 entreprises ont déjà...

Nous vous recommandons

Industrie

Maroc : nette amélioration de l’activité industrielle

Selon les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture réalisée par Bank Al-Maghrib (BAM), le secteur de l’industrie a connu une amélioration au cours du mois de janvier.

Produits métallurgiques spécialisés : le belge VM Steel prend pied au Maroc

VM Steel Maroc, c’est le nom de la filiale du groupe Van Meerbeek au royaume. En trio avec K-Steel Service Senhadji & Trade (K-3S&T), elle ambitionne de devenir pour ses clients, "la référence en matière de fourniture en produits...

Le Maroc, une alternative à la Chine

La Chine pourrait perdre son statut de leadership en matière de fabrication et d’approvisionnement, pour avoir été le point de départ de la pandémie du coronavirus. Selon l’Oxford Business Group, certaines entreprises chercheraient des bases de production...

Le port de «  Nador West Med  » livré vers fin 2022

Les travaux de construction du port de Nador West Med devraient s’achever vers fin 2022. C’est ce qu’a annoncé, Abdelkader Amara, ministre de l’Équipement et du Transport, suite à une récente visite sur ce chantier génant lancé depuis plus de cinq ans dans...

Les arrivées de MRE ont baissé de 60%

Bank Al-Maghrib est optimiste sur la situation économique du Maroc. C’est ce qui ressort de sa note de conjoncture du mois d’avril sur les principaux chiffres de l’économie marocaine en passant par les...

Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Maroc : les cafés et restaurants exigent l’aide l’Etat

Désarçonnés par les effets de la pandémie du Covid-19, les professionnels de cafés et restaurants ne baissent pas les bras même si une information non confirmée fait croire que leurs entreprises pourraient être autorisées à ouvrir jusqu’à 23 h après le mois...

Covid-19 : Moulay Hafid Elalamy vante les mérites du Maroc

La crise du Covid-19 a permis au Maroc d’innover grâce à ses ressources humaines capables de trouver des solutions pour faire face à la pandémie. C’est ce qu’a affirmé le ministre Elalamy lors d’une...

Masques de protection : une innovation 100% marocaine (vidéo)

Une équipe d’ingénieurs et d’industriels marocains, chapeautée par le ministère de l’Industrie, vient de mettre sur pied une machine de production de masques de protection à double lanière auriculaire.

Le Maroc engagé pour une décarbonisation de l’industrie

Le Maroc se positionne dans la course à la décarbonisation pour l’amélioration et la compétitivité du secteur industriel. Il s’agit non seulement de sécuriser les marchés actuels, mais également, d’attirer de nouveaux dans le monde...

Maroc : l’assemblage de bus Irizar dépasse 40% du taux d’intégration locale

Dans le cadre du renouvellement du parc de transport urbain de Casablanca, Irizar Maroc assure l’assemblage de bus dans le royaume. Il atteint un taux d’intégration locale de 41% avec un objectif à terme de 60%, selon le ministre de l’Industrie, Moulay...