Lynchage à Beni Mellal : lancement d’une campagne pour la dépénalisation de l’homosexualité au Maroc

4 avril 2016 - 12h10 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Sous le hashtag #stop489, une association espagnole de défense des homosexuels vient de lancer une campagne pour la dépénalisation de l’homosexualité au Maroc. Le chiffre 489 renvoie à l’article 489 du code pénal marocain qui punit de trois ans de prison toute personne coupable de « relation contre nature ».

Cette campagne fait suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo de deux jeunes à Beni Mellal, dans le centre du Maroc. Accusés d’homosexualité, les deux victimes ont été lynchées par un groupe de jeunes après que ces derniers ont fracassé la porte de leur domicile.

L’association « Lambda DDHH Valencia » dénonce « la cruauté dont fait preuve la société marocaine à l’encontre la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans) », et particulièrement « le manque total d’humanité de la part de la justice marocaine qui punit les victimes » mais qui laisse en liberté les agresseurs.

Pour Lambda DDHH Valencia, « l’homophobie est vécue chaque jour dans les rues marocaines. Les homosexuels sont obligés de cacher leur orientation sexuelle et beaucoup souffrent d’attaques de leurs entourage, voire même leur familles. »

L’association fait part de nombreux départs d’homosexuels marocains à l’étranger, notamment en Espagne, pour être eux-mêmes et aimer celui ou celle qu’ils veulent aimer. »

Au Maroc, les associations se mobilisent également. Le Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (Mali) ainsi qu’Aswat ont dénoncé cet acte comme une sévère régression des droits des homosexuels.

Article 489 du code pénal marocain :

Est puni de l’emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 200[187] à 1.000 dirhams, à moins que le fait ne constitue une infraction plus grave, quiconque commet un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Beni Mellal - Homosexualité Maroc - Mouvement alternatif pour les libertés individuelles - Code pénal marocain - Lynchage des homosexuels à Beni Mellal

Aller plus loin

Mobilisation internationale pour le couple homosexuel de Beni Mellal

L’organisation internationale de protection des droits de l’Homme, Human Rights Watch, vient de demander aux autorités marocaines de libérer les deux jeunes originaires de Beni...

Affaire des homosexuels lynchés à Beni Mellal : procès reporté au 11 avril

Le volet judiciaire de l’affaire dite des homosexuels lynchés à Beni Mellal est en marche. Après avoir condamné la première victime à quatre mois de prison ferme, le procès de...

Liberté sexuelle et relations sexuelles hors mariage : ce que prévoit le nouveau code pénal

Le nouveau code pénal proposé par le ministre de la justice Mustapha Ramid ne devrait pas satisfaire les partisans de la liberté sexuelle au Maroc. Voici ce que prévoit le code...

Melilla : huit Marocains brûlent le drapeau pour ne pas retourner au Maroc

Un groupe de jeunes Marocains qui observe un sit-in devant le centre pour les migrants (CETI) à Melilla et à qui on a refusé l’asile politique vient de brûler le drapeau marocain.

Ces articles devraient vous intéresser :

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...