La djihadiste marocaine Douha Mounib condamnée à 12 ans de réclusion criminelle

2 mars 2023 - 15h20 - France - Ecrit par : G.A

Ouvert le lundi 27 février dernier, le procès de la djihadiste marocaine Douha Mounib, sage femme devenue une acquise à la cause de l’État islamique (EI) s’est achevé mercredi par sa condamnation à 12 ans de réclusion criminelle.

Douha Mounib était confrontée à une peine de 14 ans de prison requise par le Pnat, mais elle avait exprimé des remords pour ses activités terroristes, y compris sa tentative d’évasion en novembre 2021, lors de son procès. Malgré sa déclaration de culpabilité pour association de malfaiteurs terroriste (AMT) criminelle liée à ses deux voyages en Syrie et en Irak et ses multiples tentatives de rejoindre la zone de guerre, la Marocaine de 32 ans a accueilli le verdict avec sérénité, selon L’Union.

À lire : Douha Mounib, itinéraire d’une djihadiste

Elle n’était pas surprise. « Je m’attendais à une peine de plus de dix ans de toute façon », a-t-elle déclaré quand le président de la cour, Laurent Raviot, lui demande si elle a bien compris la décision. La peine de réclusion criminelle est assortie d’une période de sûreté des deux tiers. Pour Joseph Hazan, son avocat, c’est une chance au regard des circonstances et des charges. « C’est une décision satisfaisante, la cour a décidé de faire un pas vers l’accusée », a-t-il précisé.

À lire : Le Maroc ne sait que faire de ses ressortissants en Syrie et en Irak

Atypique parcours que celui de Douha Mounib, sage-femme de profession âgée de 32 ans. Elle s’était radicalisée en 2012 et a rejoint les territoires contrôlés par le groupe terroriste en 2013, abandonnant ses études. Elle a déclaré au tribunal que partir en Syrie rejoindre l’EI était pour elle comme une sorte « d’émancipation ». Son séjour prend fin par une arrestation en mars 2017 par les autorités turques et son extradition vers la France quelques mois tard.

À lire : Une djihadiste marocaine « repentie » devant les assises de Paris

La cour d’assises spéciale doit juger ce jeudi et vendredi, la co-détenue de Douha Mounib. Âgée de 32 ans également, Amandine Le Coz, avait rallié l’EI et séjourné en zone irako-syrienne entre 2014 et 2019.

Sujets associés : France - Terrorisme - Procès - Prison - Etat islamique - Daech - Evasion

Aller plus loin

Une djihadiste marocaine « repentie » devant les assises de Paris

Une Marocaine arrêtée en Turquie puis expulsée vers la France sera jugée pour association de malfaiteurs terroriste criminelle entre 2013 et 2017, pour deux séjours en Syrie et...

Le Maroc ne sait que faire de ses ressortissants en Syrie et en Irak

Ils sont près de 300 ressortissants marocains à se retrouver dans les camps dirigés par l’État islamique en Syrie et en Irak. Le Maroc suit leurs dossiers.

Des Marocains condamnés à mort en Somalie

Reconnus coupables d’appartenance au groupe djihadiste État islamique (EI), six Marocains ont été condamnés à mort par un tribunal militaire du nord de la Somalie, pays où le...

Douha Mounib, itinéraire d’une djihadiste

Le procès de Douha Mounib, une sage-femme revenue de la Syrie où elle a servi sous le califat de Daech, s’est ouvert lundi 27 février devant les assises spéciales de Paris. Elle...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.