Douha Mounib, itinéraire d’une djihadiste

28 février 2023 - 10h10 - France - Ecrit par : A.P

Le procès de Douha Mounib, une sage-femme revenue de la Syrie où elle a servi sous le califat de Daech, s’est ouvert lundi 27 février devant les assises spéciales de Paris. Elle avait tenté de s’évader de la prison de Fresnes.

À ce premier jour d’audience, le président de la cour d’assises énonce les faits reprochés à Douha Mounib. Inculpée pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, pour avoir séjourné en Syrie et en Irak et servi l’État islamique (Daech), la jeune femme de 32 ans encourt une peine de trente ans de réclusion criminelle. Douha Mounib est née à Nîmes et a résidé à Montpellier jusqu’à ses vingt-deux ans, âge à partir duquel elle a commencé à s’intéresser à l’islam et à se radicaliser à travers des recherches sur Internet.

Dans ce processus d’auto-endoctrinement, la jeune femme a abandonné ses études de sage-femme, qu’elle trouvait incompatible avec sa vision de l’islam, et a décidé d’émigrer au Maroc où vivaient ses grands-parents paternels, avant de se rendre en Syrie en 2013, avec un professeur de sport turc dont elle devient l’épouse et ils vivent ensemble quelques mois à Raqqa. Puis, elle tombe enceinte et revient en France en 2014 en raison de complications de la grossesse. Elle accouche en mai d’un petit garçon qui rendit l’âme peu après sa naissance, rapporte Radio France.

À lire : Une djihadiste marocaine « repentie » devant les assises de Paris

Après ce drame, Douha Mounib tente de retourner en Syrie. Refoulée en Turquie, elle finit par s’installer en Mauritanie où elle tente à nouveau sa chance en passant par le Maroc. Sans succès. Elle revient en France où elle épouse un deuxième mari, un Tunisien rencontré sur internet. En février 2015, le couple s’installe sous le califat de Daech. En 2016, elle informe son père qu’elle se trouve dans un village tout près de Mossoul, ville irakienne conquise par Daech. Mais elle rejoint Raqqa où elle aurait intégré une madafa à l’été 2015, assure l’accusation.

Entre juillet 2015 et mars 2016, Douha Mounib a fait de nombreuses publications sur les réseaux sociaux, dont un poème faisant l’éloge de la mort en martyr. Elle confiait à sa mère qu’elle « avait pour projet d’ouvrir une maison de santé pour aider les futures mamans. Elle avait déjà acheté du matériel pour cela » et qu’elle avait également un fusil « au cas où elle aurait un problème un jour ». À la barre lundi, la mère, âgée de 55 ans, raconte qu’elle a quitté le domicile familial quand Douha avait 10 ans. L’adolescente a donc vécu avec son père et sa belle-mère. Pour son père, sa fille est « franche » et « honnête ».

À lire : Espagne : les femmes de djihadistes à rapatrier de Syrie pourraient se retrouver en prison

« Mis à part quelques détails, je reconnais la globalité de ce que vous venez de lire, ça fait partie de mon passé, j’essaie d’avancer. Ce que vous avez lu, je le connais par cœur. En cinq ans, j’ai beaucoup réfléchi à tout ce qui s’est passé, au mécanisme. C’est un long travail que j’ai fait sur moi et que je continue à faire. Je réalise que j’ai fait tout ça, mais ça me paraît énorme pour mes épaules. Je me rends compte que je me suis mise en difficulté et que j’ai mis des personnes en danger », a déclaré Douha Mounib depuis son box. Son avocat, Me Joseph Hazan, assure de sa sincérité et qu’elle s’est repentie. Le procès prend fin mercredi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Terrorisme - Procès - Femme marocaine - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Aïcha El Wafi : une vie chaotique et un fils terroriste

Aïcha El Wafi est la mère de Zacarias Moussaoui, condamné à perpétuité en 2006 pour son implication dans la préparation des attentats du 11 septembre 2001. La mère meurtrie ne...

La djihadiste Douha Mounib condamnée pour tentative d’évasion

La djihadiste marocaine pro-Daech, Douha Mounib, a été condamnée mardi par le tribunal correctionnel de Paris à trois ans et demi de prison pour son évasion manquée de la prison...

La djihadiste marocaine Douha Mounib condamnée à 12 ans de réclusion criminelle

Ouvert le lundi 27 février dernier, le procès de la djihadiste marocaine Douha Mounib, sage femme devenue une acquise à la cause de l’État islamique (EI) s’est achevé mercredi...

Espagne : les femmes de djihadistes à rapatrier de Syrie pourraient se retrouver en prison

Le gouvernement espagnol a accepté de rapatrier des camps de Syrie plusieurs femmes de djihadistes espagnols dont des Marocaines, ainsi que leurs enfants. D’autres avant elles,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Moulay Mehdi El Fathemy, le...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.