Pas de traces d’un « dossier Ghali » au ministère espagnol des Affaires étrangères

19 juin 2021 - 12h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a assuré qu’il « n’a pas de dossier sur l’entrée de Brahim Ghali en Espagne ». Ceci, malgré les nombreuses interventions publiques de la ministre Arancha Gonzalez Laya sur le sujet, dès l’ouverture de la crise diplomatique avec le Maroc, provoquée par l’accueil du leader du Front Polisario.

« Il n’existe aucun dossier à ce sujet au ministère », a simplement indiqué le ministère des Affaires étrangères, en réponse à OKDIARIO qui demandait à avoir « accès au dossier complet [ouvert au ministère] concernant l’entrée de Brahim Ghali en Espagne pour des soins médicaux » et à connaître « les démarches menées avec les organisations internationales en vue de la résolution de cette affaire et de la crise migratoire qui s’en est suivie, le coût des soins médicaux apportés au chef du Front Polisario, les raisons de son hospitalisation à Logroño, etc. ».

À lire : Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

Des sources du ministère soutiennent qu’il n’y a eu aucun contact entre les ministres des Affaires étrangères espagnol et marocain dans le cadre du règlement de la crise diplomatique et migratoire avec le Maroc. Mais des sources diplomatiques assurent que le gouvernement est « relativement satisfait » des résultats de la diplomatie discrète adoptée pour résoudre la crise provoquée par l’affaire Ghali. « Nous sommes relativement satisfaits et c’est pourquoi nous allons continuer sur cette lancée », indiquent-elles, ajoutant que l’objectif, c’est d’arriver à « normaliser » les relations avec le royaume tout en maintenant « la position de l’Espagne sur le Sahara ».

À lire : Brahim Ghali poursuivi pour terrorisme en Espagne

Brahim Ghali est poursuivi pour plusieurs crimes et délits. Le tribunal d’instruction de Logroño a engagé contre lui une procédure pour un délit présumé de falsification de documents publics, après avoir reçu une plainte selon laquelle le leader du Front Polisario serait arrivé en Espagne le 18 avril sous une fausse identité. Le chef du mouvement séparatiste est aussi cité dans une affaire présumée de terrorisme. Le 1ᵉʳ juin, il a comparu par visioconférence devant la Haute cour nationale pour répondre de faits présumés de génocide, d’enlèvement, de torture, de séquestration et diverses violations de droits de l’Homme. Faits qu’il a niés, ce qui a amené le juge Santiago Pedraz à ne pas imposer de mesures provisoires à son encontre. Au petit matin du 2 juin, il a rejoint l’Algérie, après avoir passé un mois et demi à l’hôpital San Pedro de Logroño. Il poursuit sa convalescence à l’hôpital d’Alger.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Polisario - Sahara Occidental - Brahim Ghali

Aller plus loin

Brahim Ghali poursuivi pour faux et usage de faux

Brahim Ghali, le chef du Polisario n’en a pas fini avec la justice espagnole. Il fait l’objet depuis mercredi, d’une procédure judiciaire ouverte par un juge du tribunal numéro...

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Brahim Ghali va mieux

Un haut responsable «  sahraoui  » rassure sur l’état de santé du leader du Polisario, admis d’urgence dans un hôpital de Logroño, en Espagne, le 18 avril dernier. Il avait...

Brahim Ghali poursuivi pour terrorisme en Espagne

Les «  affaires  » s’enchaînent pour le leader du Polisario, Brahim Ghali. Le tribunal de Logroño vient d’engager une procédure pour «  terrorisme  » contre lui et son numéro...

Ces articles devraient vous intéresser :

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...