Dr. El Hassan Tazi en prison

6 avril 2022 - 21h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le célèbre médecin plasticien El Hassan Tazi a réagi à son implication présumée dans une affaire « d’escroquerie et de faux et usage de faux en lien avec des factures de soins médicaux ». Il est actuellement placé en détention à la prison d’Oukacha de Casablanca.

Dimanche dernier, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé que la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) avait déféré la veille, devant le parquet compétent, huit individus, dont une femme et le propriétaire d’une clinique privée, pour leur implication présumée dans une affaire « d’escroquerie et de faux et usage de faux en lien avec des factures de soins médicaux ».

À lire : Maroc : un médecin en prison après le décès d’une femme enceinte

L’enquête menée par la police a révélé l’implication des mis en cause dans la constitution d’une bande criminelle qui collectait des sommes d’argent auprès de bienfaiteurs, sous couvert de s’acquitter des frais d’hospitalisation de patients démunis soignés dans la clinique, où exercent la majorité des suspects. Selon la DGSN, ils gonflaient frauduleusement les factures afin de soutirer d’importantes sommes d’argent à des donateurs. Les investigations se sont avérées fructueuses. La principale prévenue, qui entretenait des contacts avec les supposés patients et les prenaient en photos sous prétexte de leur venir en aide, a été interpellée.

À lire : Tanger : un médecin poursuivi pour avoir percuté un policier au niveau d’un barrage de contrôle

La DGSN n’a pas révélé l’identité des mis en cause, mais il s’agit notamment du célèbre médecin plasticien El Hassan Tazi surnommé « le médecin des pauvres ». De quoi susciter une vive réaction de sa part. « Les rumeurs sont créées par des ennemis, propagées par des imbéciles et acceptées par des idiots », a déclaré le médecin sur Instagram. Il a accompagné son post d’un verset du Coran : « Ceux qui croient et font de bonnes œuvres… vraiment Nous ne laissons pas perdre la récompense de celui qui fait le bien » (Sourate al-Kahf 18 :30).

À lire : Maroc : un médecin arrêté pour trafic de psychotropes

Revirement de situation. Sur ordre du juge d’instruction de la cour d’appel de Casablanca, cinq responsables et employés de la clinique de chirurgie plastique d’El Hassane Tazi ont été placés, cette semaine, en détention à la prison d’Oukacha, rapporte Al Ahdath Al Maghribia. Ces individus sont : Dr. El Hassane Tazi lui-même, son épouse, son frère, deux autres employés de sa clinique privée. Estimant qu’ils profitaient des vulnérabilités d’un certain nombre de personnes pour commettre des actes criminels, le parquet a décidé de les poursuivre pour « traite d’être humains ». Ils sont aussi poursuivis pour faux témoignages, escroquerie, fraude, falsifications de certificats médicaux et gonflement des tarifs. Trois autres sont poursuivis en état de liberté.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Escroquerie - Hassan Tazi

Aller plus loin

Maroc : un médecin arrêté pour trafic de psychotropes

Quatre individus, dont un médecin, ont été interpellés jeudi, à Tétouan, pour leur implication présumée dans une affaire de commerce illégal de comprimés médicaux anesthésiques...

Ce qui a fait tomber le chirurgien Hassan Tazi

L’affaire du célèbre chirurgien esthétique casablancais Hassan Tazi, en détention provisoire pour traite d’êtres humains et abus de faiblesse, livre peu à peu ses secrets. Elle...

Tanger : un médecin poursuivi pour avoir percuté un policier au niveau d’un barrage de contrôle

La police judiciaire de Tanger a déféré un médecin devant le procureur général du roi près la cour d’appel. Il est poursuivi pour avoir percuté volontairement un agent de...

Placé en détention, Hassan Tazi visé par une nouvelle plainte ?

L’une des patientes d’El Hassan Tazi, célèbre chirurgien esthétique casablancais Hassan Tazi, en détention provisoire à la prison d’Oukacha pour notamment traite d’êtres humains...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.

Opticalia renforce sa présence au Maroc

Cofides va allouer 750  000 euros sous forme de prêt à Opticalia pour renforcer sa filiale au Maroc. Spécialisé dans l’achat, la vente et la distribution d’articles optiques et de lunettes de soleil, le groupe est présent dans le royaume depuis 2020.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Abdelhamid Sabiri de retour sur le terrain après sa blessure

L’international marocain Abdelhamid Sabiri a repris l’entraînement avec la Sampdoria après une absence causée par une blessure musculaire.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.