L’État belge condamné pour avoir forcé Salah Echallaoui à démissionner

8 septembre 2022 - 18h00 - Belgique - Ecrit par : G.A

Le Tribunal de première instance de Bruxelles se penche du côté de Salah Echallaoui qui avait, en 2020, démissionné de la présidence de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) sur « injonction de démission ou de licenciement » du ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

L’affaire remonte au mois de décembre 2020. À l’époque, Vincent Van Quickenborne avait appelé à un renouvellement de tous les organes de l’EMB, après avoir émis un avis négatif concernant la reprise des activités de la Grande Mosquée de Bruxelles. Elle aurait été infiltrée par trois agents du service de renseignement marocain, rappelle le journal Le Soir.

À lire : Des espions marocains à la Grande Mosquée de Bruxelles ?

La Sûreté de l’État a même souligné qu’il a fallu la mise en place d’un système d’imams attachés au service de la Grande Mosquée en 2019, pour qu’elle cesse d’être « un vecteur structurel de diffusion de l’extrémisme religieux ». Salah Echallaoui a alors démissionné « sans reconnaissance de ces accusations infondées » et assigné la Sûreté de l’État et le ministre de la Justice devant les tribunaux en mai 2021.

À lire : Le Maroc accusé d’influencer l’islam en Belgique

En donnant raison dans son jugement du 1ᵉʳ septembre à Salah Echallaoui, le Tribunal de Première instance de Bruxelles souligne que les informations recueillies par la Sûreté « sont assimilables à un renseignement anonyme dépourvu, comme tel, de valeur probante. Pareils renseignements doivent dès lors faire l’objet d’un usage particulièrement prudent ».

À lire : L’Exécutif des musulmans de Belgique toujours dans le viseur du gouvernement

En ce qui concerne les agissements et les propos émis par le ministre de la Justice et qui ont poussé à la démission d’Echallaoui, le tribunal y voit « une ingérence sans fondement juridique et disproportionnée dans les libertés de culte et d’association » de ce dernier, qui constitue. « Les seuls renseignements fournis par la Sûreté de l’État, sans autre élément permettant de vérifier leur véracité, ne suffisent pas à établir la réalité des faits d’espionnage et d’ingérence imputés à Echallaoui », souligne le tribunal.

À lire : L’Exécutif des Musulmans de Belgique sous pression

Pour Marc Uyttendaele, avocat de Salah Echallaoui, le jugement du Tribunal de Première instance rétablit l’honneur de son client. « C’est une vraie baffe envers le ministre de la Justice. On a présenté Monsieur Echallaoui comme quelqu’un qui faisait le jeu de l’action étrangère, qui voit désormais son honneur rétabli aujourd’hui. Lorsque je l’ai reçu la première fois, c’était un homme abîmé, dont l’action a été salie par des propos ministériels et qui devait se sacrifier à titre personnel dans les combats qui l’animaient. » Marc Uyttendaele a déjà annoncé qu’il comptait introduire une plainte auprès du Comité permanent R pour son client.

À lire : Un Marocain à la tête de l’Exécutif des musulmans de Belgique

De son côté, le cabinet du ministre de la Justice annonce qu’il fera appel du jugement. « Dans l’intérêt de la communauté musulmane de notre pays, nous continuerons à parler ce langage clair et à nous attaquer aux magouilles et aux falsifications », a-t-on déclaré au cabinet.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Religion - Procès - Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) - Islam

Aller plus loin

Belgique : un professeur de religion islamique réhabilité après cinq ans de licenciement

Licencié sans préavis pour faute grave en 2017, le professeur de religion islamique, Hicham Abdel Gawadle peut à nouveau exercer son métier. Le conseil d’État vient d’annuler la...

Expulsion de l’imam Mohamed Toujgani : un signal au Maroc ?

Le retrait du permis de séjour de Mohamed Toujgani, imam principal de la mosquée Al Khalil à Molenbeek, et par ailleurs d’origine marocaine, serait un signal au Maroc. La...

Abdel Bouhazama contraint de démissionner après ses propos polémiques

L’entraîneur du SCO Angers, le Franco-marocain Abdel Bouhazama a été contraint de démissionner après ses propos polémiques pour justifier la titularisation d’Ilyes Chetti, son...

Le Maroc accusé d’influencer l’islam en Belgique

Vincent Van Quickenborne, ministre belge de la Justice, également en charge de la gestion des Cultes estime que l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), principal organe...

Ces articles devraient vous intéresser :

Zakat Al Fitr : voici le montant à payer en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer la date du début du ramadan en France, qui commence le 10 mars 2024. Il vient également de donner le montant de la Zakat Al Fitr que devront payer les musulmans en France.

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Ramadan : Un mois de spiritualité… et de bagarres ?

Le Ramadan, mois sacré pour les musulmans, est synonyme de spiritualité et de partage. Mais au Maroc, il prend également une tournure plus sombre avec l’apparition d’un phénomène bien connu : la “Tramdena”. Ce terme désigne l’irritabilité et...

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).

Quand débute le ramadan au Maroc ?

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques va annoncer courant la semaine prochaine, la date de l’observation du croissant lunaire au Maroc, prévue le dimanche 29 Chaabane 1445 H après le coucher du soleil, correspondant au 10 mars 2024. Ainsi,...

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.

Le ramadan est « clairement un sujet sensible dans les clubs » de football

Alors que les joueurs musulmans tiennent à leur foi et préfèrent jeûner, les clubs se soucient bien souvent de leurs performances pendant le ramadan. Un ancien préparateur physique assure que cette période est « clairement un sujet sensible dans les...

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2024 au Maroc

Quelques jours après la célébration de l’Aïd El Fitr marquant la fin du mois de ramadan, les musulmans sont fixés sur la date de l’Aïd al-Adha.