Engrais : le Maroc pourrait détenir la clé de l’approvisionnement alimentaire mondial

10 juillet 2022 - 20h40 - Monde - Ecrit par : S.A

Le Maroc, un des quatre premiers exportateurs d’engrais au monde, avec la Russie, la Chine et le Canada, pourrait devenir la clé de l’approvisionnement alimentaire mondial. Mais pour y arriver, le royaume doit lever certains obstacles.

Le Maroc possède plus de 70 % des réserves mondiales de phosphate – un minéral utilisé dans les engrais-, ce qui fait de lui un gardien des chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales, toutes les cultures vivrières ayant besoin de ce produit pour croître. « En 2021, le marché mondial des engrais phosphorés s’élevait à environ 59 milliards de dollars américains. Au Maroc, les revenus du secteur en 2020 se sont élevés à 5,94 milliards de dollars. Le groupe OCP prévoit de produire 8,2 millions de tonnes supplémentaires d’engrais phosphorés d’ici 2026. Actuellement, la production est d’environ 12 millions de tonnes », fait savoir Michael Tanchum, chargé de mission senior associé au programme Afrique du Conseil européen des relations étrangères (ECFR) et chargé de mission non résident au Middle East Institute à Washington dans une tribune publiée par The Conversation.

À lire : Avec le phosphate, le Maroc est devenu « gardien de l’approvisionnement alimentaire mondial »

Selon lui, le Maroc pourrait devenir un élément central du marché mondial des engrais et un gardien de l’approvisionnement alimentaire mondial au cas où la Russie – plus grande exportatrice d’engrais au monde – utiliserait les engrais comme une arme ou un outil économique. Pour réussir ces exploits, le royaume devra avant tout relever certains défis. « […] comme je l’affirme dans un nouveau rapport, le Maroc fait face à de nouveaux défis. Sa production d’engrais est menacée par des défis environnementaux et économiques de plus en plus redoutables. Ils incluent la pandémie de Covid et les graves perturbations de la chaîne d’approvisionnement qui ont suivi », explique Michael Tanchum.

À lire : Engrais : le Maroc va-t-il surclasser la Russie ?

Il fait observer que la manière dont le Maroc gère les défis de l’industrie impactera négativement à la fois son propre développement économique et la stabilité de l’approvisionnement alimentaire à travers le monde. « L’extraction de phosphate et la production d’engrais consomment beaucoup d’énergie et d’eau. L’industrie marocaine des phosphates et des engrais consomme environ 7 % de sa production annuelle d’énergie et 1 % de son eau. Mais le Maroc fait partie des pays qui souffrent le plus de la pénurie d’eau. Cela est dû à un climat sec, à une forte demande en eau, au changement climatique et à la contamination et à l’envasement des réservoirs. »

À lire : Le Pérou veut acheter des engrais au Maroc

Le royaume tente de trouver des solutions durables notamment à travers son Plan National de l’Eau 2020-2050 dont le budget d’investissement s’élève à environ 40 milliards de dollars américains. Les projets phares sont entre autres, la construction de nouveaux barrages et usines de dessalement et l’extension des réseaux d’irrigation. « Pour soutenir les opérations et développer la production d’ammoniac vert, le Maroc devra trouver un équilibre prudent entre ses exportations d’engrais, ses efforts pour développer ses exportations agricoles à forte valeur ajoutée et l’approvisionnement en eau potable de sa population », recommande le responsable. Et de conclure : « En utilisant ses importantes ressources d’énergie solaire pour alimenter la production d’hydrogène vert et d’ammoniac vert, ainsi que le dessalement, le Maroc pourrait échapper au cercle vicieux de la spirale ascendante des prix dans le lien alimentation-énergie-eau. »

Sujets associés : Canada - Russie - Chine - Phosphates

Aller plus loin

Le Pérou veut acheter des engrais au Maroc

Le Pérou veut allouer la somme de 900 millions de sols (22 millions d’euros) pour l’achat d’engrais et d’urée au Maroc et dans d’autres pays afin de faire face à la pénurie...

Le conflit russo-ukrainien, une véritable opportunité pour le Maroc

La crise russo-ukrainienne profite au Maroc, un des quatre premiers exportateurs d’engrais au monde, avec la Russie, la Chine et le Canada. Le groupe OCP voit son chiffre...

Phosphate : le Maroc dépasse les États-Unis

Le Maroc a fortement augmenté sa production de phosphate au point de surpasser les États-Unis et la Russie. C’est ce que révèle le classement de l’Institut américain de...

L’OCP augmente la production d’engrais malgré le manque d’ammoniac russe

En vue de répondre à la demande mondiale en croissante d’engrais, l’OCP a annoncé son ambition d’augmenter sa production de cette année de 10 %, en dépit des difficultés...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les recettes des exportations de phosphate en forte hausse

À fin mai, les recettes des exportations marocaines de phosphates et de dérivés ont presque doublé, atteignant 47,62 milliards de dirhams (MMDH) contre 13,43 MMDH à la même période de l’année précédente.

Le Maroc profite grandement de la forte augmentation des ventes de phosphate

À fin août dernier, les recettes des exportations marocaines de phosphates et de dérivés ont fortement augmenté, atteignant 7,89 milliards de dirhams (MMDH), soit une progression de 67,7% par rapport à un an auparavant.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.

Les exportations marocaines dopées par le phosphate

Le premier semestre de 2022 a été témoin d’un essor des exportations marocaines de phosphates et dérivés.

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Exploitation de terres rares : le Maroc signe un accord avec Rainbow

Le géant britannique Rainbow Rare Earths vient de conclure un accord tripartite avec le groupe marocain de phosphates et d’engrais OCP et l’Université polytechnique Mohammed VI en vue de l’extraction et la transformation des terres rares.

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...