L’enseignant qui avait humilié une fillette en classe suspendu

3 décembre 2014 - 15h54 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Quelques jours à peine après la mise en ligne d’une vidéo dans laquelle on voit un professeur se moquer de l’une de ses élèves parce qu’elle n’arrivait pas à écrire le chiffre 5 au tableau, le ministère vient d’indiquer avoir suspendu le fautif.

Après enquête, il s’est avéré que l’instituteur enseigne dans une école de la région de Kénitra. « Compte tenu de l’acte très grave, il a été décidé de suspendre l’enseignant et de le faire passer en conseil de discipline. », indique le ministère de l’Education nationale dans un communiqué.

La vidéo filmée par l’enseignant lui même montrait une jeune fille apeurée à qui il venait de demander d’écrire le chiffre 5 au tableau. Visiblement incapable (mais à qui la faute ?), l’enseignement s’est moqué d’elle pendant plusieurs minutes demandant même aux autres élèves d’en faire de même.

Pour rappel, un gendarme a été incarcéré en début de semaine pour avoir insulté une jeune femme de traînée lors de son interpellation. C’est également la mise en ligne de cette vidéo sur YouTube le mois dernier et surtout le tollé provoqué qui a poussé les autorités à réagir très rapidement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Kenitra - Vidéos - Ministère de l’Education nationale

Ces articles devraient vous intéresser :

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Maroc : voici le calendrier scolaire et des examens

Le calendrier de l’année scolaire 2022-2023 pour l’enseignement primaire, collégial, secondaire et le brevet de technicien supérieur (BTS) a été publié, par le ministère en charge de l’Éducation. En voici le détail.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.