L’Espagne va défendre le Maroc au sein de l’Europe

5 octobre 2021 - 16h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Espagne envisage de faire appel des arrêts du tribunal de l’Union européenne (TGUE) qui ont annulé les accords de pêche entre l’UE et le Maroc. C’est du moins l’assurance donnée par le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares.

Le tribunal européen a annulé mercredi dernier deux accords entre l’UE et le Maroc parce qu’ils incluent le Sahara occidental, un territoire revendiqué par le Maroc et le Front Polisario et qui fait l’objet d’un conflit qui dure depuis des décennies. L’Espagne est touchée par cette décision et entend faire appel des deux décisions devant la Cour de justice de l’UE, fait savoir El Confidencial. « Le Maroc est une zone de pêche très importante pour la flotte galicienne, andalouse et canarienne. Soyez rassurés. Le gouvernement défendra les intérêts de tous nos pêcheurs », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, dans une interview accordée à La Voz de Galicia.

À lire : L’Espagne inquiète après l’annulation de l’accord de pêche Maroc-UE

Selon des sources diplomatiques espagnoles, la démarche de l’Espagne vise avant tout à se rapprocher du Maroc et à accélérer la reprise des relations diplomatiques après plusieurs mois de crise. Pour atteindre son objectif, la diplomatie espagnole peut demander au Conseil des ministres de l’UE de prendre l’initiative de l’appel, ou au procureur de former un recours. Dans le premier cas, l’Espagne pourrait ne pas obtenir la majorité au Conseil des ministres en faveur de l’initiative, des pays comme l’Allemagne, la Finlande, le Danemark et l’Irlande n’ayant exprimé leur consentement à adhérer à ces accords qu’en 2019. En cas d’échec, l’Espagne ne serait pas prête à s’engager seule dans cette bataille, assurent les mêmes sources.

La décision du TGUE doit prendre effet dans deux mois, mais en cas d’appel, son exécution sera suspendue jusqu’à l’avènement d’un nouveau jugement qui peut intervenir dans un an. Pendant ce temps, les 128 navires de pêche de la flotte européenne, dont 90 espagnols, pourront continuer à pêcher dans les eaux du Maroc et du Sahara.

Sujets associés : Espagne - Union européenne - Droits et Justice - Pêche - Sahara Occidental

Aller plus loin

L’Andalousie veut le maintien de l’accord de pêche Maroc-Europe

Le président du Conseil de l’Andalousie, Juanma Moreno, a demandé mercredi aux autorités espagnoles de « veiller aux intérêts de la flotte de pêche espagnole au Maroc », suite à...

Accords de pêche : le tribunal européen pourrait rendre des décisions contre le Maroc

Le tribunal de l’Union européenne (TGUE) rendra mercredi deux arrêts importants sur l’applicabilité des accords de pêche et d’association (commerciale) conclus en 2019 entre...

Patrouilleur marocain : l’espagnol Navantia y croit encore

Le président du constructeur naval Navantia, Ricardo Domínguez, a indiqué cette semaine que les travaux de construction du patrouilleur commandé par le Maroc n’ont pas encore...

Accords de pêche avec l’UE : la justice rend une décision défavorable pour le Maroc

Le tribunal de l’Union européenne (UE) a rendu ce mercredi 29 septembre son jugement concernant le recours en annulation des décisions du Conseil européen introduit par les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Immigration : le Maroc recevra 500 millions d’euros d’aide de l’Europe

Le Maroc recevra une enveloppe d’au moins 500 millions d’euros de la part de l’Union européenne pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette aide couvrira la période 2021-2027.

Sahara : Israël réaffirme son soutien au Maroc

En visite de travail au Maroc, Gideon Saar, ministre israélien de la justice, a réaffirmé le soutien de son pays à la position du royaume concernant la question du Sahara.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?