Accords de pêche : le tribunal européen pourrait rendre des décisions contre le Maroc

27 septembre 2021 - 21h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le tribunal de l’Union européenne (TGUE) rendra mercredi deux arrêts importants sur l’applicabilité des accords de pêche et d’association (commerciale) conclus en 2019 entre Bruxelles et le Maroc au Sahara. Ces décisions pourraient être en défaveur du Maroc et mettre à mal la dynamique en cours de reprise des relations avec l’Espagne.

Le Maroc attend de prendre connaissance des deux arrêts du tribunal de l’Union européenne sur l’applicabilité des accords de pêche et d’association (commerciale) conclus en 2019 entre Bruxelles et le Maroc au Sahara occidental, accords que le Front Polisario, assisté par l’avocat Gilles Devers, tente de faire remettre en cause. La Cour de justice de l’Union européenne, une juridiction supérieure à la TGUE, avait déjà jugé en décembre 2016, puis en 2018 et 2019, que ces accords n’étaient pas applicables au Sahara occidental parce que l’ancienne colonie avait un statut particulier, rappelle EFE.

La Commission européenne a tenté de contourner ces décisions en négociant de nouveaux accords avec Rabat en 2019 dans lesquels le Sahara n’était plus considéré comme faisant partie du Maroc. Ces nouveaux accords prévoyaient une extension à ce territoire et exigeaient le consentement de la population sahraouie avant leur mise en œuvre. 

À lire : L’accord de pêche maroco-européen sera-t-il réexaminé en faveur du Polisario ?

Le tribunal risque fort d’invalider ces nouveaux accords conclus entre la Commission de l’UE et le Maroc. « Les dirigeants européens ont tenté de contourner cette peine [de 2016] pour plaire au Maroc. Mais nous avons vraiment des raisons d’espérer », a déclaré Gilles Devers, dans une récente interview accordée au journal numérique algérien TSA. L’avocat du Front Polisario est confiant que le tribunal européen « invalidera ces nouveaux accords » et prendra une décision en faveur du Sahara occidental qui, souligne-t-il, « ne fait pas partie du Maroc et le consentement de sa population autochtone n’a pas été demandé. Ce qui signifie par exemple que les produits exportés par le Maroc du Sahara vers l’UE, d’une valeur d’environ 500 millions d’euros par an, devront être étiquetés comme non marocains et paieront des droits de douane de 20 % ».

À lire : Le Maroc menacerait de rompre les accords de pêche avec l’Europe

Le cabinet d’avocats Devers entend déposer un recours contre l’UE, au cas où les décisions du tribunal lui seraient favorables, pour demander le paiement au Front Polisario, représentant le peuple sahraoui, d’environ un milliard d’euros pour les tarifs et droits de pêche perçus par le Maroc. Il étudie également les mécanismes juridiques par lesquels ils peuvent contraindre Rabat à restituer dans les caisses européennes l’argent indûment collecté pendant toutes ces années.

Comment réagira le Maroc face à ces décisions qui pourraient aller en sa défaveur ? Les prochains jours nous le diront. La question du Sahara a toujours été au cœur de la crise entre le Maroc et l’Espagne. Le Maroc était déjà en froid avec l’Espagne qui a maintenu sa position sur le Sahara au moment où le royaume appelait à une reconnaissance de sa souveraineté sur le Sahara, comme l’ont fait les États-Unis sous Trump courant décembre 2020. Dans son discours prononcé la semaine dernière devant l’Assemblée générale des Nations Unies, Pedro Sanchez a réitéré la position de l’Espagne sur le Sahara, prônant une solution « mutuellement acceptable » par les deux parties.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Union européenne - Droits et Justice - Polisario - Sahara Occidental

Aller plus loin

L’Espagne va défendre le Maroc au sein de l’Europe

L’Espagne envisage de faire appel des arrêts du tribunal de l’Union européenne (TGUE) qui ont annulé les accords de pêche entre l’UE et le Maroc. C’est du moins l’assurance...

Réparation de bateaux de pêche : la Russie délaisse l’Espagne pour le Maroc

Les bateaux de pêche russes seront réparés dans le port de Casablanca au lieu de celui de Las Palmas aux îles Canaries, a annoncé Mikhail Tarasov, chef de la représentation de...

L’accord de pêche maroco-européen sera-t-il réexaminé en faveur du Polisario ?

Dans une question écrite, l’eurodéputée Kira Marie Peter-Hansen (Parti socialiste danois) a affirmé que les activités des chalutiers européens dans les eaux du Sahara violent «...

L’Espagne redoute la suspension de l’accord de pêche avec le Maroc

Les tensions entre l’Espagne et le Maroc restent très tendues. Les pêcheurs espagnols expriment de vives inquiétudes quant à l’accord de pêche entre les deux pays. Luis Planas,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.